Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Folk Rock : John Renbourn - Je T'Ai Bien Nique, Jimmy!

par lou 17 Novembre 2016, 10:33

Ah, on sonne à la porte du bureau. J'ai convoqué Jimmy Page, un truc à lui dire. Devant moi des albums de John Renbourn, mais aussi de Moby Grape, et des américains de Colwell Winfield Blues Band. Notre invité s'assoit, et se verse DEUX grands verres d'eau (ça coûte rien) en même temps qu'il fait un sort à la réserve de Chamonix Orange du boss.

 

  • Bon Jimmy, faut pas te gêner, tu veux pas quitter tes pompes aussi, te mettre en slip à la rigueur.

  • (réponse inaudible, il parle la bouche pleine, en lorgnant sur les CD posés bien évidence, visiblement quelque chose l'interpelle).

  • Oui, donc on t'a fait venir pour parler de John Renbourn. Il sort ces jours-ci une compilation d'inédits et...

  • Tu peux me la filer ? Allez quoi, gratos. Entre potes.

  • C'est çà. Avec le fric que t'as à gauche. Non, on voulait plutôt que tu nous parles de lui. En tant que fan de Bert Jansch (regard noir dans ma direction) tu dois bien avoir un truc ou deux à nous dire.

  • P'tain, mais vous allez me foutre la paix avec ça. Tout le monde sait ou j'ai pompé mon jeu acoustique, bordel.

  • T'énerves pas, c'est juste ton avis qu'on veut.

  • John Renbourn, lui, il m'a fait baver des ronds de chapeau. Encore meilleur que Bert Jansch, il était (entamant un quatrième paquet de gâteaux). Ce mélange de blues et d'influences ethniques, va courir pour le ressortir. Des pièces pour luth de la Renaissance, adaptées en accord ouvert. C'est pas des doigts de mec qu'il faut dans son cas, on dirait qu'il frôle les cordes. Du coup, il y a toute une ambiance qui se crée. Bien géré, un produit vraiment vendeur.

  • Et toi, bien sûr, sur ce coup là, t 'es coupable de rien.

  • Non, pourquoi ? (son nez s'allonge de dix centimètres). T'es sourd, je viens de te dire que son jeu était trop subtil pour pour que quiconque s'amuse à le pomper. J'allais pas en faire des riffs bien gras, avec Bonham à l'enclume. Suis pas maso non plus. Quand tu croises une nana canon, tu vas pas la mettre sur le trottoir, fringuée en pétasse. Un peu de décence. John Renbourn il t'impose le respect, tellement il est bon. Ses disques sont immenses, à la façon Jeff Beck. C'est perdu d'avance d'imiter, sans passer pour un glandu.

  • Bouge pas. Je vais te faire écouter un morceau de son premier album (1965).

  • À l'époque, j'étais gratteux de studio. J'accompagnais n'importe quel clampin, aussi bien que les Them. J'avais pas que ça à faire d'écouter des disques.

  • Bizarre. Parce que ce super morceau un brin bluesy (Blue Bones), ça doit être un hasard s'il ressemble à....

  • (là il se met à gueuler) Since I've Been Loving You on l'a piqué sur le Never de Moby Grape. Parole de témoin de moralité, dans les affaires de piratage audio concernant la justice anglaise.

  • Tu me charries ?

  • Pas du tout. Bon citoyen que je suis. Vise ma carte. Plus c'est gros, plus ça marche. Moby Grape je te dis.

    • Donc si le Blue Bones de John Renbourn ressemble à Since I've Been Loving You, c'est un hasard heureux. En gros.

    • Tout juste. Moby Grape je te dis. Je respecte trop un grand guitariste pour blablablabla… En plus c'est Plant qui était fan. À lui de se justifier, un peu.

    • Et les ricains de Colwell Winfield Blues, tu connais pas leur Got A Mind, bien sûr. La ligne de guitare carbone, tu déclines toute ressemblance.

    • (au culot) Je croyais qu'on parlait de John Renbourn. Pas de clampins fauchés, parce que leur esprit d'entreprise était mal développé. Nous on a piqué des trucs ici et là, tout roulé dans un gros blues, et par ici la monnaie. Ce qui ne doit en rien empêcher la mémoire de John Renbourn d’être évoquée. Ni son talent reconnu blablablabla…

    • J'en ai vu des gars gonflés à l'hélium, mais tu bats des records. Nobody Fault But Mine sur Another Monday (1967) rien à voir avec le vôtre, non plus.

    • Attends, c'est un vieux truc que tout le monde a mis à sa sauce. T'as entendu l'arrangement qu'on a pondu ? A l'époque de Presence, j'avais le pif dans la poudre, et Plant se remettait à peine de son accident de bagnole. Nous fallait du cash, à défaut d'avoir des idées. On arrête les conneries ? Amis lecteurs, foi de Jimmy Page, un gonze qui sait ce que veut dire jouer de la guitare, foncez sur The Lady And The Unicorn (1970). World music ou folk ancien, c'est pas la question. Juste de la foutue bonne musique, à haut pouvoir hypnotique. Blackmore, t'as l'air fin avec tes pitreries, et ta greluche blondasse.

    • Écoutez John Renbourn.

    • Et lâchez moi la grappe.

    Laurent

    LIEN : The Lady And The Unicorn

    commentaires

    Haut de page