Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ash Ra Temple - Schwingungen (1972)

par lou 26 Août 2009, 14:13


Les vrais pionniers payent souvent très cher leurs audaces, c'est un fait avéré. Trop pris par leur art pour penser au futur, pas assez cupides, incapables de réaliser la poussée qu'ils sont en train de donner à la science.

Prenez Manuel Gottsching, au sein d'Ash Ra Temple il a déblayé un sacré bout de chemin. Contribuant à paver la voie de l'underground allemand le plus précieux, et c'est son ex-batteur (un certain Klaus Schulze) qui est toujours célébré en guru.


Chantre absolu du cosmos tout entier contenu entre deux écouteurs, directement branché sur le système sensoriel de l'auditeur, Ash Ra Temple, dés son second album ("Schwingungen" 1972) s'imposait un défi quasi ultime, et réalisait la galette indépassable. Lâché une première fois par Schulze, toujours épaulé par la basse du fidèle Hartmut Henke (qui laissera sa raison dans les brumes de l'acide), Gottsching inventait une forme stoogienne du grand saut galactique.


Renforcés par un sax douloureux, et par un chanteur complètement dément (John L. viré d'Agitation Free, pour comportement erratique) les trois morceaux ici proposés agissent comme le chalumeau sur la tôle, creusant encore et encore, jusqu'à l'anéantissement total de votre condition mentale. Violente ou apaisée, la musique ici proposée n'est pas écrite sur une portée, mais incrustée dans du mercure, et tombe du haut d'une cathédrale, à l'architecture toujours inédite. Et alors que résonne un vibraphone décharné, dans un désert de braises rouges. La classique (et quand même bien Floydienne) montée en puissance finale n'a, dans ces conditions, rien du pandémonium attendu. S'apparentant plutôt à un genre de chute libre au sein d'une masse d'ozone. Soutenue par une guitare minimaliste, qui claque comme votre raison dans le vent.

Il est bien déplaisant, cependant, de se dire que tout ceci a été pillé, lessivé, javellisé, par des "artistes français", qui ont nom Cerrone ou Jean Michel Jarre, pour le bénéfice de millions de gens, pas planants du tout.


Laurent Meunier.

 

Lien : Suche / Liebe

commentaires

Haut de page