Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Idées

par lou 1 Octobre 2009, 10:39

Avoir 40 idées. Ou presque. Rien que çà. Dans un grand sachet en plastique, fermé par une papillote de ruban bleu, et dont on se servirait à chaque instant. Des idées comme des patrons de couturière, qu’on habillerait à son goût, en tenant quand même compte de leurs opinions.

Des idées pour chaque état d'esprit.

Avoir l'idée que soulever un problème à bout de bras (surtout un gros), c'est très beau, mais que pour un cas résolu, dix millions d'autres apparaissent.

Avoir les idées noires.

Secouer le sachet pour les faire tomber.

S'apercevoir avec déplaisir qu'elles restent collées les unes aux autres.

Les séparer avec une pince à sucre.  On risque d'en casser une. Attendre qu'elles décantent ? Cela peut être long, durer tout un été.

LA solution radicale, les placer au milieu d'un tunnel, allumer une bougie à un bout, et laisser le temps faire son petit effet.

Si le vent, la pluie, les courants d'air et les cons ne viennent pas ruiner l'entreprise, on pourra constater un très intéressant phénomène de dilatation. Attirées par la lumière au bout de la noirceur, elles vont reprendre confiance, et courir vers la libération. Bien sûr, elles peuvent s'entraver dans un caillou.

Rouler ses idées noires un peu partout.

Au cinéma quand le film est mauvais, et qu'on pense que c'est le complément exact à une journée entièrement loupée. On en arrive à ne plus voir l'histoire, mais uniquement les gros points noirs sur l'écran, les têtes qui gênent, et les bruits de bonbons qu'on défroisse.

Avoir l'idée que le vide prend trop de place.

Une idée noire a besoin d'un environnement adéquat pour bien exister, en plein jour elle est trop accusée. La nuit, elle trouve un épanouissement, une vraie raison d'être. Ce gros ténia tenace, une certaine idée de périodicité. Avoir l'idée que le désespoir peut-être communicatif, mais que bien partagé, mis en commun, il est moins redoutable.

Qui s'intéresse à un artiste optimiste, un vendeur de soleil en boîte, un crétin démago ? Mais tout le monde cher ami.

C'est bien le problème.

Et qui osera essayer de changer tout çà, d'introduire de l'inattendu, de se proclamer écorché vif aux yeux des cons sots mateurs ?

Avoir l'idée que souffrir, mais avec un ruban c'est mieux.

Reprendre son sachet, regarder ses idées, et se demander où les mieux placer.

Avoir une idée de beauté, presque de pureté, en faire un mobile. Délicatement suspendue à une corde de violon neuve, la regarder virevolter, ballerine sans pesanteur. Dans le sachet, c'est celle qui reste dans son coin, timide et n'adressant la parole à personne, elle est jolie.

Sobre. Mille regards différents.

Reprendre le sachet d'idées. Les nourrir, elles consomment surtout du sentiment. Mais elles ne dévorent pas, elles absorbent, comme une multinationale boulotte ses concurrents.

Aérer les idées aussi, les promener, recueillir l'avis de chacune d'elles, les laisser jouer dans le sable, avoir peur des emmerdeurs.

Ne pas consacrer d'idées aux raseurs de tout poil.

Une idée c'est du temps, de l'essence de vie, toute une évolution, une denrée pas rationnée,mais précieuse.

Avoir l'idée qu'on ne peut pas plaire à tout le monde. Sur le coeur battant, le sachet d'idées tressaute doucement, allumer une clope et voir encore des choses dans la fumée.

Avoir l'idée que l'acceptation de soi même n'est pas une question d'autosatisfaction, mais plutôt d'auto compréhension.

Artaud et Breton, petit mec, tu te les gobes pas comme si la FM de merde les avait régurgités pour toi. Long le chemin, presque physique face à l'Antonin et à l'André. Face à sa gueule, pas exactement celle qu'on aurait voulue. Longtemps je me suis promené avec une poubelle sur la tête.

Cinq minutes de pause, prendre les idées sur le dos de sa main, jouer avec, les poser sur une fleur et observer leurs réactions.

Prendre le temps c'est difficile. Écouter les idées qui bavardent entre elles, sentir ses paupières se fermer, avoir une idée de sommeil.

Plonger sans scaphandre, sans bouteilles, en respirant sur sa propre capacité à emmagasiner des choses sous une forme utile.

Et puis les idées se font lourdes, plus marrantes du tout, s'arrêtent d'elle mêmes, posent leurs têtes contre l'idée de soudaine déprime incontrôlée, et se mettent à pleurer.

Laurent.

commentaires

Haut de page