Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Big Brother (&The Holding Company) - Entretien avec S.Andrew.

par lou 23 Janvier 2010, 18:05

big-bro-8.jpg

Big Brother and The Holding Co est un parfait exemple du groupe entité : chaque individualité a permis de façonner un son.  Vous ne pouvez pas acheter ou produire l’énergie naturelle qui se dégage de ce groupe. Big Brother jouait avec le cœur, les tripes, dans le but d’une interaction permanente avec son public.

 

Et ce groupe, chers amis, j’ai eu la chance de le voir à la salle de la Traverse à côté de Rouen en cette fin d’année 2009, salle très sympathique où sont d’ailleurs prévus pour 2010 Johnny Winter et le Manfred Mann Earth Band .

Un concert époustouflant avec trois membres d’origine : Sam Andrew (guitare), Peter Albin (basse et voix) et Dave Getz (batterie), complétés par un étonnant sosie de Janis, Bridget Davies et Ben Nieves à la guitare. Un vrai bonheur où des perles comme Summertime, Ball and Chain, Piece of my heart ont été revisité avec une grâce infinie et un moment rare de revival hippy. La paix et l’amour régnaient ce soir-là sur Rouen.

 

RDV fut pris avec Sam Andrew pour une petite entrevue de derrière les fagots (propos recueillis par GN le 06/01/10). Lui ayant présenté Fuzzine, il a aussitôt accepté avec l’extrême gentillesse d’un musicien de son temps, de cette incroyable période qui a à jamais marqué notre inconscient collectif.

 

 

 

Gaël NINGRE : Votre tournée touche à sa fin. Quel en est son bilan ? Avez-vous été surpris de voir autant de monde à vos concerts ? Pensez-vous que l’esprit hippie est toujours vivant ? Pour nous, français, c’est tellement rare de voir en live des groupes de San Francisco. J’ai eu la chance de voir le Jefferson Starship à Brest et j’en suis resté baba (cool…).

 

Sam Andrew : Notre bilan est plus que positif. Que de good vibrations !! Partout en Grèce, en Autriche et en France, nous avons eu des spectateurs qui nous aimaient comme des amis de longue date pourraient le faire, et cet amour était réciproque !! L’esprit hippie, qui pour nous signifie un tempérament optimiste et l’acceptation et la tolérance, cet esprit hippie là régnait partout en Europe. Les gens s’aimaient. Tu peux le ressentir ça…

À Paris, le public était chaud, généreux, exalté. Pour avoir été au New Morning (autre escapade française du groupe NDR) et voir tous ces visages radieux, avec une extrême bienveillance, cela fait chaud au cœur surtout pour moi qui ait habité quelque temps à Paris.

 

Gaël NINGRE : Le son de San Fancisco dans les 60’ s était extraordinaire. Avec quels groupes aviez-vous le plus d’affinités à l’époque ?

 

Sam Andrew : Surtout Moby Grape, les Sons of Champlin, le Paul Butterfield Blues Band, John Handy et Mike Finnegan .

Gaël NINGRE : Pour la plupart des gens, Big Brother est surtout assimilé à la période avec Janis. Je trouve personnellement qu’un album comme « Be a Brother » (1970) est fantastique !!! Pouvez-vous me dire dans quel état d’esprit était le groupe après la mort tragique de Janis et la disparition du flower power ? Dans quel état se trouvait le Haight Ashbury à l’époque ?

En provenance de San Fancisco, USA, Big Brother fut un des pionniers du mouvement psychédélique.

Le groupe fut formé en 1965 par Peter Albin, Sam Andrew, James Gurley et Chuck Jones, dans le garage d’une maison victorienne appartenant à l’oncle de Peter (1090 Page Street dans le Haight Ashbury). La maison devint vite le repère de jams improvisées tous les mercredis par Chet Helms, qui était le «  Big Brother » . C’est lui qui amena James Gurley et Janis Joplin au groupe.

Le premier concert officiel a eu lieu en janvier 1966 à l’Open Theater de Berkeley. En juin 1966, BBHC fait sa première apparition en public à l’Avalon Ballroom . Le groupe signe alors un contrat avec le label Mainstream et enregistre un album éponyme en 1967. Au cours de l’hiver 1966, Chuck Jones quitte le groupe et est remplacé par Dave Getz.

C’est alors que la consécration arrive : programmé au Festival de Monterey en 1967, le groupe sera acclamé, alors qu’il partage la scène avec le Dead, les Who, Hendrix, etc. ….

En 1968, Janis Joplin et Sam Andrew quittent le groupe pour former le Kozmic Blues Band.

Le groupe se reforme en 1969 avec la même formation (sans Janis), complétée par Nick Gravenites (chant), Dave Schallock (guitare) et Kathie Mc Donald au chant. La même formation a perduré jusqu’en 1972, date de leur séparation suivante et la reformation aura lieu en 1987, incluant Sam Andrew, Peter Albin, Dave Getz et James Gurley. Le groupe existe encore, composé des 3 vétérans et complété par Ben Nieves à la guitare et Bridget Davies au chant, avec une étonnante similitude de voix avec Janis !

Le 20 décembre 2008, James Gurley nous a quitté, à deux jours de son 70e anniversaire. Paix à son âme …

 

 

Sam Andrew : Le Haight au début des 70’ s était sinistré. Après avoir été le berceau de la contre-culture des 60’s, le quartier ressemblait à un vrai champ de bataille. Tout était détruit, souillé, ruiné et les rues étaient envahies de junkies sans scrupules. On ne peut pas dire que l’ambiance était au beau fixe ! La douceur revint petit à petit, mais à l’époque c’était un vrai bordel !!

 

Gaël NINGRE : Je sais que vous avez tous baigné dans le jazz et la musique classique. Cela se ressent dans votre musique (Summertime de Gershwin par exemple). Quelles sont vos influences principales ?

 

Sam Andrew : JS Bach, Django Reinhardt, Charlie Christian, Charlie Parker, Monk, Schutz, Miles Davies, T-Bone Walker, Fats Domino, Erroll Garner .

 

Gaël NINGRE : Pouvez-vous nous en dire plus sur votre carrière suite à la séparation de Big Brother. Cette période est assez obscure pour nous.

 

Sam Andrew : Je suis allé à l’école à New York, pour y apprendre la composition et l’harmonie. J’ai écrit beaucoup de musique, dont des BO de films, et j’ai joué avec des groupes afro-cubains (que de collectors en devenir NDR)

 

Gaël NINGRE : Prêts à rocker à nouveau ? Une tournée collective en Europe avec le Grateful Dead ou Quicksilver Messenger Service ? Les gens de mon âge attendent cet évènement comme le Messie ! Peut-être d’autres projets ? Un nouvel album ?

 

Sam Andrew : Toujours prêts pour le rock n’roll. Nous tournons aux US avec Jefferson Starship, Country Joe, Quicksilver, Canned Heat et nous aimerions faire la même chose en Europe ! J’ai pas mal de nouvelles compos sous le coude et quand l’occasion se présentera j’aimerai beaucoup faire un nouvel album. Oui, toujours prêt pour un nouvel album. Merci pour tes questions Gaël

Gaël : Merci Sam, Keep on rockin’ in a free world.

Discographie :

 

-       Big Brother and The Holding Company (1967)

-       Cheap Thrills (1968)

-       Be a Brother (1970)

-       How Hard it is (1971)

-       Can’t go home again (1996)

-       Do what you love (1998)

-       Live at Winterland ’68 (1998)

-       Box of Pearls (2000)


 

commentaires

Haut de page