Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Brèves Qui Fusent : Le Retour!

par lou 21 Septembre 2012, 09:12

BREVES QUI FUSENT!!!!!!!!!!!!!!

 

Le Retour!

 

 

http://images.vinylsearcher.com/vinylimages/39788544.jpgRenzoku Shasatsuma - "Shibuya Yaneura" - 1978

 

Il est souvent prétendu que le japonais n'est pas de grande taille, il n'en est pas moins vrai qu'il peut le devenir par le talent ou la démesure.  Ainsi Renzoku Shasatsuma,  de méchantes teignes de Kyoto, des esprits frappeurs dont la musique se situe dans la quatrième dimension. Un magma de notes martiales, de sons et de bruits malodorants. De frappes torturées. Un fabuleux album d'acid-rock démantibulé. On sort de là totalement sous le charme si on a supporté le traitement infligé. Les autres, les plus fragiles, pourront toujours s'offrir une quinzaine en sanatorium pour se décongestionner le cervelet. Un psychédélisme de haut niveau, live et presque totalement instrumental. Un des meilleurs disques gravés dans la cire au pays du soleil levant. Sans nul doute.

LIEN : Eimprovisation

 

http://1.bp.blogspot.com/_Uz_w-XoG6Tg/SMQqo-A3ULI/AAAAAAAAAQU/_zoJtZ9bNDw/s400/VLASMAN.jpgTon Vlasman - White Rooms With Disintegrating Walls - 1970

Accompagné de deux musiciens complices, l'artiste néerlandais Ton Vlasman délivre un de ces diamants bruts dont seuls quelques esprits illuminés détenaient jalousement le secret. Un secret depuis longtemps égaré pour cause d'anathèmes ou d'odeurs calcinées de bûchers. Subsiste quelques pages de grimoires et de rares formules de guitares acoustiques aux cordes métalliques, des cordes qui diffusent de maléfiques accords aux échos angoissants. On reconnaitra à l'occasion sur certains morceaux le chant nasillard de Bob Zimmerman. En moins agressif ou en plus européen. Lascives et délicieuses mélodies imprégnées d'une douce torpeur, atmosphères énivrantes qui s'insinuent en douceur, on se laissera submerger par le spleen sur de très belles compositions originales ou sur une reprise parfaitement maîtrisée du Velvet Underground. Un collier de petites perles nacrées, une oeuvre sombre et d'une si profonde tristesse, une palette de sentiments solitaires qui demande une certaine force de caractère si on ne veut pas en sortir neurasthénique.

LIEN : Fight With a Circular Course

 

http://1.bp.blogspot.com/_U1menI3veIs/S8SaMNw2I8I/AAAAAAAACFY/UggWFTFkxzQ/s400/ray+materick+-+sidestreets+1972.jpegRay Materick - Sidestreets - 1972

Au Canada dans les années soixante, quand on ne peut plus se satisfaire d'une adolescence acneique, on a pas grand-chose à faire de sa carcasse mal dégrossie et on s'ennuie fermement. Un éclair de lucidité et on se fait offrir une guitare bon marché par une mère attentionnée. On gratouille timidement, on apprend deux ou trois accords, on se perfectionne pour enfin se retrouver à jouer du folk , parce que c'est plus facile à jouer le folk n'est-ce pas. Et plus tard on finit par écrire des chansons qui seront gravées sur un premier album en '72. C'est ce qu'a fait Ray Materick, songwriter de l'Ontario qui sortira pléthore d'albums par la suite. Un artiste qui joue la musique qui lui plaît, quand ça lui plaît. Avec sa belle voix chaleureuse, il égrène un folk sensible, brumeux et enjôleur, paisiblement et sans se presser. Les influences de Dylan et de Donovan ne sont certainement pas si éloignées, mais il s'approprie sa musique d'une écriture impeccable et sans faille. Le compagnon fidèle de nos errances et de nos états d'âmes.

LIEN : Home From Parade

 

http://1.bp.blogspot.com/_3rg-KBpic60/S6LUCCwYTgI/AAAAAAAAAE0/YHxusMQw2LM/s320/Dello.jpgPete Dello & Friends - Into Your Ears... Plus - 1971

Une collection de vignettes pop-folk à la perfection absolue, la plupart écrites et composées par Pete Dello, ancien et futur Honeybus. Certains aiment, d'autres écoutent de temps en temps et il y a ceux à qui ce style de musique donne des envies d'exil lointain. Il vous faudra pourtant y prêter une oreille attentive au moins une fois dans votre vie, si vous ne voulez pas avoir l'air d'un rustre la prochaine fois que vous inviterez votre vieille tante à boire le thé. Avec ou sans nuage de lait, avec un ou deux sucres, les âmes sensibles et romanesques s'en trouveront ravies. Une boîte à musique et un petit orchestre de chambre, des arrangements plein de grâce, des mélodies subtiles ainsi que des harmonies exquises et sobres, tout contribue à faire de cet album une oeuvre baroque classique au parfum irrémédiablement britannique. Vous reprendrez bien une tasse de thé, ma chère tante. 

LIEN : Harry The Earwing

 

http://2.bp.blogspot.com/_7St4jD20p0o/Rak7bji84EI/AAAAAAAAAJs/2bucexF5zmo/s320/bobby%2Bbrown%2B%25281972%2529%2Benlightening%2Bbeam%2Bof%2Baxonda.jpgBobby Brown - The Enlightening Beam Of Axonda - 1972

Né à Sacramento en Californie, Bobby Brown a certainement été prophète en son pays. Un prophète multi-instrumentiste et excentrique au cerveau quelque peu azimuté. La pochette de l'album mène sans détours à un univers spirituel bizarre et psychotique. Un long trip au-delà des continents qui traverse l'immensité des océans, d'Afrique aux Indes en passant par une île d'Haiwai pastorale. Avant de retourner à sa source, la côte Ouest des Etats-Unis. De mélodies béates ou captivantes en exotisme non orthodoxe, de ragas lysergiques en apaisement de la conscience, une musique déclassée au style indéfinissable, l'essence même d'un prêche mystique. Le tout drapé d'arrangements ingénieux sertis d'une voix expressive. Une oeuvre claire et lumineuse.

LIEN : My Hawaiian Home

 

 

http://2.bp.blogspot.com/-cbeM0jWqkOc/TsEAj7Y3EGI/AAAAAAAAAZc/msGDpEgj6gM/s1600/Fol1.jpgJacques Tom Rivest - 1979

Partir un Dimanche soir sans étoiles pour un long voyage au Tibet. D'un nez rouge de bouffon trouvé dans l'ornière du chemin, faire de clown sa vocation. Se prendre pour un messager afin d'enseigner la langue natale de sa mère patrie dans une lointaine contrée. Une nuit d'orage à monter toujours plus haut et vendre son âme pour s'acheter une liberté qui deviendra chimère. Se laisser aller, prendre son temps et laisser au temps prendre le sien. Voilà le message que nous envoie les titres des chansons de Jacques Tom Rivest en 1979  sur ce projet en solitaire.
Solitaire c'est vite dit, puisqu'il émarge également chez Pollen et est accompagné ici par d'autres musiciens du groupe. On peut donc considérer ce disque comme une oeuvre à part entière de la formation québécoise, la musique proposée ne trompant personne. Même si le rythme s'emballe à l'occasion, les ambiances ne s'en trouvent pas moins charmantes et charmeuses, bucoliques ou rêveuses. En un mot harmonieuses. La forte présence de la guitare acoustique et des claviers donne un côté folk progressif prononcé a l'ensemble. Un disque réussi et digne d'une belle attention.

Sylvain.

commentaires

Haut de page