Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cosmic Riders - Revue de presse et chroniques délirantes par Venukse.

par lou 5 Novembre 2009, 15:25

Section Blues : Endless Boogie

Oùlahah qu'est ce qu'il fout ici Venukse ? Il s'est perdu ? .... naaaan bande de moqueur, c'est vrai que je suis pas féru, féru dans ce domaine, mais là un petit détour s'impose à cause d'un petit joyau que je viens tout juste de découvrir : Endless Boogie.
Ça y est, je vois déjà James qui se marre :
"Il a forcé la dose Venukse, il pense annoncer le scoop du siècle avec un vieux disque de John Lee Hooker ? "
Mais non eueueuh... Endless Boogie c'est le nom d'un groupe New Yorkais qui sévit depuis une dizaine d'années.


Chouette tronche le gars non ? Perso je lui confierai pas ma p'tite soeur hein ! Le joli coeur devant c'est Paul Major alias Dollar Top.


"EB compte dans ses rangs un collectionneur de disques pathologique : Dollar Top traîne la réputation d'être l'un des plus grands collectionneurs de vinyles de musique psychédélique de New-York. "


Mais je laisse ce monsieur qui tient cet excellent Blog au nom fort sympathique (Radio Gnome Visible) vous en parler :


"Endless Boogie, c'est aussi depuis près de 10 ans, un groupe de 4 New-Yorkais au line-up relativement stable (on n'enregistre qu'un changement récent de batteur) qui ne "jamme qu'à la demande", de préférence dans des bars sans charme de Time Square, loin des clubs pour hipsters de Williamsburg. Et s'il est possible de ne faire aucun bruit pour annoncer le concert, c'est encore mieux. Comble de la posture ?


Avec les Boogies, le décor est planté : le quatuor, emmené par Jesper Eklow (The Governor) et Paul Major (Dollar Top), a du bouffer du Canned Heat et du Creedence Clearwater Revival au kilomètre."


Là je sens que ça commence à vous parler un peu non ?

Je me permettrais même de rajouter à ces deux groupes le Quicksilver, rapport leur gout prononcé pour les jams envappées.

Jusqu'en 2005, seuls deux vinyles sont sortis (Vol 1 et Vol 2) et encore en tirage très limité.

Puis ...

"À l'été 2008, les Boogies sortent Focus Level sur No Quarter. Pour la première fois, un album de EB (un double LP de 79 minutes) est authentiquement distribué : Focus Level se trouve et peut s'acheter"



Une ch'tite chronique du mag Rolling Stone :

"On their 1968 album Living the Blues, Canned Heat set some kind of jam-endurance record with the live 40 -minute track “Refried Hockey Boogie.” The New York quartet Endless Boogie go even further — 79 minutes — on their fantastic, note-perfect update of electric-blues drone and railroad rhythm, Focus Level (No Quarter). The album is divided into 10 so-to-speak songs, such as the Can-like chug “The Manly Vibe” and “Executive Focus,” a dead ringer for a 1971 Pink Fairies wig-out. But the cumulative effect of the hog -sneeze distortion, twin -guitar skirmishes and John Lee Hooker -style chooglin’ is nonstop stoner-rock delight. The vocals are cartoon-demon yowling, but the rest is as authentic as my old Groundhogs LPs."

Ou celle ci qui pas mal non plus :
"If you can hear the universe in the sound of an electric guitar and suspect the secret to life is hidden somewhere inside a shuffle, then you might consider making Endless Boogie your new masters." – Village Voice

Enfin bref, moi je me le passe un peu en boucle depuis quelques jours.


http://burningdowndreams.blogspot.com/2007/10/endless-boogie-volumes-1-and-2.html

D'ailleurs, j'ai eu envie d'en savoir un peu plus sur ce gars : Paul Major. Et effectivement, on trouve deux ou trois trucs sympas.

Ici par exemple, extrait d'une interview de Patrick The Lama, fondateur du site que vous connaissez tous j'imagine : The Acid Archives

http://www.lysergia.com/AcidArchives/
Interview faite d'ailleurs pour l'excellentissime zine Dig It que je conseille fortement à tout le monde ...

"Another important thing is that we discovered the American "private press" LP scene, thanks mostly to a New York record dealer named Paul Major, who mailed out catalogs with rare records that were like nothing we had seen before. Paul Major is perhaps the single most important person for re-discovering the whole "private" and "local" music scenes of the 1960s-1970s. The Acid Archives book is basically an extension of what he did in the late 1980s and early 1990s. So after our LSD trips and Paul's catalogs, my mission was clear, and that's what is still happening with the Acid Archives book and website."

L'interview dans son ensemble est très, très intéressante : http://www.lysergia.com/lamaInterviewDigIt.htm



Section Space Rock : Oresund Space


Whaou ! un nom pareil, tout un programme hein ?

J'écoute actuellement leur dernière livraison : "Good Planets Are Hard To Find" et j'en profite donc pour en faire un p'tit sujet.

Oresund Space Collective est un groupe, non plutôt un collectif (terme un peu trop souvent utilisé à mon gout en France par le premier groupe alterno ou rap venu pour lesquels ça fait toujours mieux d'appartenir à un "collectif" qu'à un vulgaire groupe... bref) en l'occurrence le terme s'applique bien, les différents intervenants étant au nombre de douze et venant du Danemark, de Suède et des USA.


Et ces joyeux lurons se réunissent des temps en temps pour jouer du ... Space Rock ! Gagné !!!


Leur production est uniquement instrumentale et fortement inspirée par Hawkwind (un peu inévitables lorsque l'on parle de Space Rock) mais aussi beaucoup par des musiciens moins rêches comme Steve Hillage ou Manuel Göttsching. Et on n’est jamais très loin non plus forcement des Cosmic Jokers, Ash Ra Tempel et autres Kosmische musiciens. Une légère touche à la Ozric là-dessus et c'est parti pour de longs jams psychédéliques. Parce que oui, leur truc à eux c'est le jam, l'impro, les grands délires dont tu connais le début, pour la fin... on verra !


Et là, sur leur dernier album, v'la t'y pas que nos jammeurs fous sortent la cithare pour deux longs ragas cosmiques. Et ça scotche gravement.

Pis tiens, ce seraient pas quelques influences dub qu'on sentirait un peu là aussi ? nââân pas cette odeur-là... ça, c'est l'herbe magique ! Whaou, l'est pas près d'arriver à destination le vaisseau spatial. Tu me diras, on ne sait pas où on va donc on ne risque pas de se perdre. Logique.


Un p'tit détour par leur site pour (se) finir. On y trouve tout plein, vraiment plein, de sessions à télécharger

http://www.oresundspacecollective.com/UntitledFrameset-5.htm



Section Heavy : White Hills - Dead EP



"You say Space, I say Rock! You say Psych, I say Edelic! You say Hawk, I say Wind! "


La dernière livraison de mes petits chouchous. Bon, le cas ne s'arrange pas hein, la musique se fait un peu moins pêchue, moins heavy au fil des différents albums, par contre ils sont de plus en plus perchés les gars. On penche dorénavant davantage vers un space rock très lancinant tendant même assez souvent vers le drone. Kid Million, batteur de l'excellent groupe Oneida (leur dernière production, un triple LP, si si ! est assez impressionnante bien qu'un petit peu difficile d'accès) est venu leur prêter main-forte et Antrønhy ØH le batteur de Julian Cope nous offre un remix d’"Ocean Of Sound" initialement sur le LP "Heads On Fire" ... rien que des gens de bonne compagnie en somme... Pour ceux que ça intéressera, il va quand même falloir faire très vite, ce disque limité à 1000 ex n'était initialement vendu qu'en souscription chez Thrill Jockey Records, ils viennent d'en proposer quelques-uns à la vente "normale" mais ça va pas durer.


Aller, quelques chroniques :


Chez Aquarius Records (Magasin fabuleux basé à San Francisco depuis 1970 ! - http://www.aquariusrecords.org/) :

"Latest blast of modern space psych drone rock from these East Coast spacelords, an ultra limited (only 1000 copies) 12", part of Thrill Jockey's new subscription series, which means these will probably be gone in a flash.

Which is too bad, cuz this is one of the best White Hills jams yet, thankfully, only two of these tracks are exclusive, one is a new version of a track from Heads On Fire, remixed by Julian Cope's drummer, one is a track from the upcoming full length, but two of them are ONLY available here (and the remixed version of "Oceans Of Sound" from Heads On Fire is different enough to make it essentially a new track) so pretty much a must own for the space rock psych drone obsessives out there, which is most likely most of you.

The A side begins with "Dead" which will be on the band's upcoming full length, and it's a doozy, fuzzy, druggy, a little bit lo-fi, looped and hypnotic, with dreamy soft singing, beneath billowing clouds of distorted guitars, all hazy and super space rocky, definitely channeling the spirits of Loop and Spacemen 3, definitely has us chomping at the bit for the new album.

The second track is the remixed "Oceans Of Sound" and is a cool processed guitarscape, swirled FX wrapped around a stuttery tremolo guitar, like a drugged out space rock "How Soon Is Now?", fragmented riffs careen through streaks of buzz and hum, building to a total space pop climax that definitely had us thinking Spiritualized or Teenage Filmstars.

Flip it over, and "Another Coming" explodes out of the speakers, a grinding thick viscous dronescape, very reminiscent of Expo 70, that sort of krautdronespacedrift, with dense looped guitars, stretched out into a churning blur, the whole thing wreathed in hazy effects. The second track, "Red Sun", is all skeletal and dubbed out, almost funky sounding, with minimal guitar, but again loads of effects, thick throbbing bass, and creepy sampled voices.

Super rad. And SUPER LIMITED. ONLY 1000 COPIES, and most likely sold out any minute, we got a whole bunch, but that doesn't mean we won't blow through these. Gorgeous jackets too, matte black with spot UV gloss lettering, and a fancy full color pasted on art card front cover."


Chez Thrill Jockey :

"Hailing from Brooklyn, White Hills were originally formed to help bring space rock into the 21st century and on October 6th, they'll be one step closer with the release of their limited edition "Dead" EP. Straddling the chasm between Hawkwind and Mudhoney, White Hills craft psychedelic swirls of feedback, bottom heavy bass riffs and soaring guitar solos that take listeners on journeys into the farthest reaches of the mind. This vinyl only release will feature three new tracks and a new remix of "Oceans of Sound" and is limited to 1,000 copies. Like all previous White Hills' releases, the demand for this EP is already foreshadowing that it will sell out instantaneously upon release!"



Venukse.

commentaires

Haut de page