Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Creedence Clearwater Revival - L'Epure

par lou 28 Septembre 2012, 09:23

CLASSIC ROCK

 

 

Creedence Clearwater Revival

 

 

L'Epure

http://i.ytimg.com/vi/5BmEGm-mraE/0.jpg

 

La route côtoie le désert. Le monde existe à côté d'un espace aride. On respire un mélange  particulièrement malsain, de gasoil et de sable. Parfois le vent se lève, rendant la vie encore un peu plus infâme. Les radios crachent une purée composite, dans laquelle tout sens de la mesure (sans parler du simple bon goût) a été oublié, méprisé, trahi,  voire boycotté. Je rêve, parfois, en repensant aux disques qui m'ont initié au rock, d'un baromètre obligatoire dans les voitures. Sorte de scanner sonore, qui empêcherait la caisse de démarrer en cas de cargaison suspecte. Serait privilégié (honteusement) le beat le plus essentiel, les accords les plus coupants (pas plus de trois) et la forme la plus épurée. Dans ces conditions, Left A Good Job In The City/Working For The Man Every Night And Day......Et la question revient sans cesse, qu'est ce qui a bien pu générer le succès de Creedence Clearwater Revival, en pleine période acide ? Avec ses chansons près de l'os, ses musiciens limités à l'essentiel, et cette image de bons gars simples. Pire, en France la croyance populaire les associe à Slade et Deep Purple, pour le grand tiercé gagnant du rock lycéen, millésime early 70. Ce que James (ami de la rédaction) conteste vigoureusement. De toute façon, un tel attelage aurait été  génétiquement contre nature. S’ils ont enduré un tel cauchemar, on plaint les sieurs Fogerty, Cook et Clifford. Coincés entre les odeurs de pieds de Slade (ça puait salement) et la prétention Pourpre, beaucoup ont mal tourné. Finissant par, sournoisement, mal vieillir. Attrapant, sans même s'en rendre compte, toutes les tares de la concurrence.

 http://userserve-ak.last.fm/serve/_/29521393/Creedence+Clearwater+Revival+Willy+and+the+Poor+Boys.jpg

Et se sont réveillé un matin de 1977, cerné de keupons verdâtres et furieux, sans comprendre pourquoi. Mais John Fogerty savait tout ça. Avant tout le monde. Qui avait le bon goût de prendre Tony Joe White, en lever de rideau, à l'époque ? Qui aurait osé balancer un Looking Out My Backdoor, plus sec et nerveux qu'une cote de mustang au piment ? Et cette voix, donc. Cri de coyote, se frayant son chemin sous les coups de batterie, sans même voir le précipice. Pour mieux tutoyer le ciel. C'est pas simple Creedence, quand on veut bien s'y pencher. Tout le monde est, un jour, tombé sur un vieux single d'eux, en brocante. Pochette massacrée, disque inécoutable, le plus souvent. Et ces sempiternels gribouillages, «mauvais jerk» ou «pas bon pour la danse». Avis à la population, rien de valable pour emballer, là-dessus. Granit tout du long. Il faut remonter aux Pretty Things des tous débuts, pour prendre une pareille volée de bois vert. Et, sans qu'on s'en étonne, les vieilles faces instrumentales des Meters distillent le même parfum. Quand une anglaise pâlichonne s'est mêlée (arrêtez de rire) de rouler tout ça dans le purin FM, le résultat a été dix fois plus fois épouvantable qu'attendu. Sûr, Fogerty avait piégé ses chansons Placé très haut la barre, évitant la régurgitation imbécile, pour privilégier les coups de surin dans le bide. Little Bob et le Gun Club s'en sont bien sortis. Leur manquait le naturel des originaux, bien sûr. Mais qui peut maitriser longtemps les quatre éléments basiques ? Par crainte d'en dire trop (la grande hantise de CCR) je dégagerais deux pistes. Travellin Band, maltraité comme un ouragan généré par Little Richard. Les racines noires des petits blancs. Bichromie de base. Encore plus cryptique, Who'll Stop The Rain trace, et pas qu'un peu, le chemin du Clear Night For Love de Roky Erickson. Lequel ex leader des Elevators, totalement déjanté, vit son album de 1980 (celui du chien bicéphale) produit par Stu Cook, bassiste de CCR. Vous n'avez rien compris ? Pas grave, Hey Tonight/Gonna Be Tonight/Don't You know I'm Flying/Tonight....

Laurent

 

commentaires

Haut de page