Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Experimental Folk / Padang Food Tigers - Born Music (2010)

par lou 27 Novembre 2012, 09:52

EXPERIMENTAL FOLK

 

Padang Food Tigers

 

Kit de Spleen

http://dwars.radio6.nl/files/2011/02/padang-food-tigers-1.jpg

L’Angleterre reste, envers et contre tout, un drôle de pays. Toujours ce rituel de l'eau chaude vers 17 heures, toujours à adorer sa monarchie rancie, en dépit du temps qui passe. Pire, la dinde la plus récemment associée à cette triste confrérie est-elle victime de paparazzis, que tout le pays se déclare indigné. Comme si la royale laiterie ainsi exhibée (pas terrible, en vérité) froissait la vieille Albion, dans son conservatisme suranné. Musicalement, la contrée ne semble plus rien avoir d'excitant à proposer. Jagger et McCartney sont des rentiers peinards et décorés, et le vent mauvais qui enfanta les Pretty Things et les Deviants s'est calmé depuis longtemps. Parfois, le plus souvent dans les colonnes du bienveillant Record Collector, un nouveau nom surgit, bien vite vérifié. Si un groupe semble intéressant, son disque est un impossible micro tirage. Et lorsque on peut écouter/acheter, les espérances ne sont quasiment jamais à la hauteur. Alors, taper (bonjour le nom à tiroir) Padang Food Tigers sur mon clavier, c'était un réflexe consciencieux. L'errance d'un dimanche matin cherchant sa voie. Qu'attendre d'un duo de folk expérimental (à ce que j'avais compris) ayant sorti deux ou trois albums au compte-gouttes, sinon vingt minutes à tuer, avant de  boucler l'ordinateur et de retourner dormir. Sauf qu'une demi-heure après, le vieux piège s'était refermé. Sur mes doigts de vétéran jamais rassasié de sons nouveaux. Comme un dératé (ou un novice) je sonnais le tocsin chez les copains, les faire profiter de ma trouvaille. Deux anglais donc, ayant jugé malin de de reprendre les choses là où Roger Waters les avait laissé, après Grantchester Meadows.

 

http://www.fluid-radio.co.uk/wp-content/uploads/2010/09/PFT.jpgPour juger pleinement une seule issue, Born Music (2010). Distribué à peu près correctement aux États Unis (ben voyons) et disponible sur le net. Plaisir de prendre des risques, toujours. Première écoute, bizarre. Sensation de collage. Frustrant. Autant qu'attirant. Coup d’œil à la pochette, aucune aide à attendre de ce gamin mutant en tigre, sur fond de papier peint modèle 1975. Même pas d'allusion cryptique, rien. Pour les titres des morceaux, bonne chance. Si vous arrivez à traduire habilement Corpse Light Breaker (Légère brise de cadavre ?) ou Chime Down The Lonely Monarch, vous gagnez un kilo de marmelade. De toute façon, tout est ici instrumental. Pour la boite à outils, il faudra improviser. Seconde tentative, beaucoup plus porteuse. Suite de mélodies esquissées simplement. Au besoin avec le secours d'un banjo. Dessins éphémères sur le sable, vite avant que l'eau n'emporte tout. Ça marche ce truc ? Mieux, on en redemande. De cette langueur bizarre, genre de Sonic Youth acoustique autant que douloureux. Humeur étrange. Catastrophe quelque part. Écharde sous un ongle. Le disque finit comme il a commencé, l'auditeur gravement ferré. Et paumé quelque part dans son subconscient. A déguster seul (ce sera déjà beaucoup) pour introspection carabinée. Objet subtilement attachant. Plongée dans un gouffre psychique, avec lumière rasante. Narcolepsie bienfaitrice. Ne pas sortir avant la fin. Voyage vers la fascination. Bout de Cornouailles en Novembre. Nous voilà bien avancé, mais un peu mieux accompagné qu'avant. Qui ne risque rien........
Laurent

 

Lien :

Shades Of Brown

 

commentaires

Haut de page