Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Folk / Nick Drake - Le Miroir Noir

par lou 14 Février 2012, 10:10

FOLK

 

 

 

Nick Drake

 

 

 

Le Miroir Noir

http://www.espritsnomades.com/rockmusiquesactuelles/drakenick/drake3.jpgPour des raisons qui vous marquent une vie, je me rappelle parfaitement bien de la semaine du 25 novembre 1974. Un autre voyage, une autre ville. Que dire. Quand on a neuf ans on suit. Un temps doux, comme dans douceâtre.  Sans goût, si vous préférez. Pas souvenir, en tout cas, que la mort de Nick Drake ait passionné les foules. Et je serais prêt à parier, que, dans la presse branchée de l'époque, le suicide de Graham Bond a fait plus de bruit.  De là, il m'a fallu six ans pour entendre parler de lui. Dix autres pour, enfin, pouvoir mettre la main sur une compilation. Curiosité émoustillée, qu'est-ce que des lourdingues comme les Black Crowes pouvaient bien trouver à un chanteur de folk ? Piquer des plans techniques ? Les gaziers de Rose Tatto étaient-ils fans de James Taylor ? Et au bout de 120 mois, ses trois albums étaient enfin disponibles, dans nos contrées  désolantes. En série mid price, bien sûr. Rayon des espoirs perdus, case de la grande braderie. Pink Moon pour l'éternité. Je me suis souvent demandé ce qu'il y avait sur la lune. La somme de la raison perdue. Ou l'ensemble des peurs palpables. Etre dans la lune,  l'expression est tellement jolie. Un monde un peu meilleur. Rose certainement pas. Ou opaque. Aujourd'hui, le bonhomme est presque adulé par tout ce qui porte des oreilles en état de marche. Un peu trop, même. Grande fut ma surprise, de découvrir un livre en français sur le sujet. Etant pratiquant du  susdit culte au goutte à goutte, de peur d'user ces instants magiques. Et en privé. Parce que soyons franc, entendre encore un «vachement cool ta zicmu» c'est comme recevoir du poivre sur  une hémorroïde à vif.  Ça fait un mal de chien. Vous révèle brutalement la distance entre votre nature profonde, et le reste d'un monde vivant sa vie, en se contrefoutant de la vôtre. Dure leçon.

 

http://www.images-chapitre.com/ima2/original/553/26425553_5555227.jpgLa Face Cachée Du Soleil a le mérite d'annoncer la couleur d'entrée. On ne va pas se tordre de rire, en racontant Nick Drake. Avec Syd Barrett, il est toujours possible d’invoquer la folie, la démence d'un type incontrôlable. Pas ici. Trop facile. Bienvenue dans un monde où rien n'était gratuit. Surtout pas la création. J'allais dire la douleur.  Artiste surdoué, incapable de comprendre que les foules soient d'entrée indifférentes.  Quasi autiste en paroles, autant que magicien avec une guitare dans les mains. La promotion lui était une corvée, pire une torture. Intéresser des foules venues pour la bière et le fun, relevait déjà de la galère pour Led Zep son culot monstre, et sa logistique bétonnée. Page s'en tirait en alternant moments de tension, et relâchement de la vapeur. Parce que son âme était trop calculatrice, pour laisser trois ivrognes lui rogner sa marge. Nick Drake, hypersensible, dépressif, planqué derrière son mystère et ses joints, n'avait que son art à proposer.  Trajectoire triste d'un incompris, comme il y en a tant. Lente décadence, désintégration à petit feu. Sans un point d'appui solide, on en crève. Encore faut-il saisir le foutu bâton.  Ses parents, sa sœur, ses proches musiciens, tout le monde voulait aider Nick. Mais personne n'y arrivait. La médecine le bourrait de saloperies, qui finissaient de l'enfoncer. Seul Joe Boyd semblait capable de l'influencer, de faire bouger ce mur qui le séparait de l'humanité. Donc, si vous arrivez dans ce livre (excellent) avec des intentions de voyeurisme, vous  serez  infiniment déçu. Pas non plus la peine d'essuyer ses chaussures à l'entrée, ou d'attendre une confiture aussi respectueuse que faux cul. Et puis, on peut enfin avoir l'avis de gens qui ont approché l'énigme. Sans donner aucune solution, juste nous prouver qu'une forme vivante existait derrière tant de talent.  Le danger de ce genre d'entreprise (évoquer un artiste que seul l'UMP oserait dézinguer) c'est de tomber dans le catéchisme le plus enduit de naphtaline. Réduire le tout à un cataplasme larmoyant. La dignité règne ici. Comme un de ces accordages bizarres qu’affectionnait notre homme. Une seule révélation bluffante, c'est la passion de Nick pour la conduite. Lui qu'on aurait imaginé se déplaçant en vélo, ou arpentant les bois pendant des heures. Le beau mec en couverture n'en dira pas plus. A vous de justifier votre degré d'intoxication. Petite pensée pour Robert Kirby, arrangeur de génie, mort il y a peu. Dans l’indifférence générale. Il va encore pleuvoir.

Laurent

commentaires

Bob 18/01/2014 09:25

"Grande fut ma surprise, de découvrir un livre en français sur le sujet."
Il y en a même deux puisqu'un Abécédaire consacré à Nick Drake a été publié chez Bord de l'eau en 2008.

Haut de page