Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

French Rock - Claude Demet / Dossier Crypto

par lou 13 Décembre 2010, 16:47

French Rock

 

Entrevue

 

Claude Demet - D'Introversion à Ange

 http://c1.ac-images.myspacecdn.com/images02/144/l_58128968fb9e43a5bc06b7c8c5db5c08.jpg

 

 

 

 

 

Pour compléter le dossier Crypto, Claude Demet, talentueux guitariste de blues-rock ayant joué avec Ange et formé des groupes comme Introversion et Horde (dont un album est sorti sur ce label), a accordé une entrevue à Fuzzine, et revient pour vous, chers lecteurs, sur plus de 40 ans de carrière !

 

 

Entrevue de Claude Demet réalisée en novembre et décembre 2010 par échanges de mails.

 


 

 

 

 

 

DEBUT


Q- Pouvez vous me raconter vos premiers émois musicaux ? :

R- découverte du blues à l'age de neuf ans avec Ray Charles.

 

Q- Qui vous a donné envie de faire de la musique ? :

R- Un groupe de gospel de mon collège.

 

Q- Pouvez vous me citer les musiciens des 60's et 70's que vous admiriez et écoutez encore aujourd’hui ? :

R- Rolling stones, Jimi Hendrix, Doors, Pink Floyd, Zappa, Beefheart.

 

Q- Comment a débuté votre aventure musicale en tant que musicien ? :

R- Avec mon premier groupe et ensuite dans des groupes de bal.

 

Q- Votre 1er groupe ? (The Wolf ?) :

R- Formé en soixante six autour de copains du moment, on a fait quelques concerts. Roger Gremillot le futur batteur d'Introversion était déjà de la partie.

 

Q- L'aventure a commencée en Franche-Comté ? Du coté de Seloncourt ? :

R- A Seloncourt en Franche comté où habitait Jean-Claude Pognant, qui fut l'instigateur et le manager d'Introversion. Après un premier festival local, il fait jouer le groupe dans toute la France en passant par le Golf-Drouot, le Gibus et les festivals des années 69 à 71 et le fait enregistrer un 45tours deux titres.


 

Q- Comment avez vous rencontrer J.C Pognant ? Avez vous fait parti du Rock Story Club ? :

R- Justement au Memphis, j'étais venu voir sur scène Vince Taylor et son groupe (la classe), c'était vraiment de bons musiciens dans le style rock anglais. C'est là que j'ai rencontré pour la première fois Jean-Claude , nous avons un peu parlé de musique mais j'ai vu tout de suite qu'il n'était pas dans la mouvance de la musique que j'écoutais il était à cette époque plutôt rock américain des années Presley.

 

Q- Pouvez vous me décrire le "Memphis Club" à Seloncourt ? :

R- Derrière un café il y avait une ancienne salle de cinéma que Jean-Claude Pognant louait au gérant du café, c'était une ancienne salle de cinéma mal éclairée mais on s'en foutait, l'ambiance

représentait bien l'époque et, dans la région de Montbéliard, il y avait pas mal de groupes qui se formaient, alors s'était un super lieu de rencontre pour les musiciens en herbe.

 

INTROVERSION

http://www.uptoweb.com/pianos-studio.D/img/Z_introversion-69.jpg

Q- Avez vous des souvenirs et anecdotes au sujet du concert avec Introversion au "Pop & Blues Festival" en septembre 69 ? :

R- L'entrée était à un franc symbolique contre un exemplaire d'un fanzine du rock story club. Les gens venaient au festival par bandes de copains, ils se déguisaient en hippies avant de  se présenter à l'entrée, c'était carnaval! Woodstock avait fait son effet.

 

Q- Après l'enregistrement du 45T «Chute / Impressions momentanées», l'enregistrement d'un 33T était il prévu ? :

R- Nous avions en projet d'enregistrer un bon titre pour que Jean-claude propose le groupe à une major, ce que nous avons fait en enregistrant «Enroulements/Déroulements» (qui figure sur le CD Claude Demet Introversion) à FR3 Strasbourg. Il semble que ce style de musique n'était pas assez commercial.

 

Q- Avez-vous du matériel inédit enregistré dans les années 60 ? (avec The Wolf par exemple) :

R- J'ai juste des enregistrements de l'époque où je jouais dans un groupe de bal , Le Jocker groupe,

en 67-68. Je reprenais des morceaux d'Hendrix, Mayall, Buddy Guy, BB King, Rolling Stones ou John Lee Hooker.

 

Q- Comment était le monde musical de la fin des 60's & début 70's ? :

R- Bizarre, d'un coté les musiciens de bal qui jouent pour vivre et cachetonner et de l'autre les passionnés qui jouent pour créer une musique dans l'espoir de faire du concert et d'enregistrer un jour.

 

Q- Était-ce vraiment cool d’être musicien à l’époque ? :

R- Oui, parce qu'il y avait des fans et surtout des groupies rayons de soleil dans nos galères , elles

faisaient la promotion du groupe bien mieux que les revues spécialisées, et puis on était les messagers d'une société qui voulait basculer vers autre chose que l'industrialisation à outrance. Nos connections se multipliaient à travers tout le pays et même la Suisse et la Belgique.

 

Q- Des bons souvenirs de vos passages au Golf Drouot ? (1970, 1971,1972,) :

R- Le golf c'était magique. Henry Leproux et sa femme étaient d'une gentillesse incroyable avec nous.

En 71 notre style à complétement changé, il était plus surréaliste, satirique - genre Captain Beefheart, Zappa, Soft Machine - et le public semblait ne plus accrocher à notre démarche. En 72, notre dernier passage a dû vraiment le décevoir, on était jazz, genre be-bop voire free. Alors là, «la goutte a fait déborder le vase».

 

Q- Des anecdotes sur Henri Leproux et le diplôme du Golf Drouot ? :

R- Le soir de l'annonce de la mort de Jimi Hendrix, nous étions au Golf-Drouot pour notre nouveau show. Entre nos passages, le disque qui passait c'était Are you expérienced : Hey Joe, Purple Haze etc...

De voir le public danser sur ces morceaux m'avait terriblement déçu, aucun respect pour une icône, il faut dire qu'à cette époque Hendrix ne faisait pas l'unanimité, nous étions pratiquement les seuls à reprendre ses titres !

À cette époque, nous n'avons jamais voulu participer à des concours, notre principe était que la musique ne rentrait pas dans des classements.

 

Q- Comment était l'entente avec les autres groupes locaux ? (Incrédule, Iris, Dickens Royal Incarnation, Ange etc..):

R- On se respectait, on parlait de l'avenir et de nos projets, surtout avec Ange. J'étais très impressionné par Christian Décamps, et lui par nos prestations. Avec son frère, Francis, on était très complice sur ce qui se faisait en musique. Avec Incrédule, c'étaient de bons copains, d'ailleurs leur bassiste (Hamadi) m'a rejoint plus tard dans Horde en 1980. Le Dickens était de Besançon, je les ai rencontré dans des soirées de musique, ils étaient sympa mais pas dans notre démarche. Quant à Iris on a fait un ou deux festivals ensemble , une franche amitié.


 

Q- Et avec les autres groupes nationaux ( Tac Poum Systeme, Les Goths, Les Rhythm Checkers, Les Variations, Triangle, Ame Son etc...) :

R- Avec Tac Poum Systeme nous nous sommes vu trois ou quatre fois au Golf et dans des festivals.

Je me souviens notamment d'un festival au Grau du Roy où ils étaient programmés avec Variations et d'un autre dans les arènes de Nîmes avec Martin Circus. Au festival de Cherbourg on prête gracieusement notre matériel (guitare, amplis, basse, batterie) aux musiciens de Triangle. Leur matériel n'était pas arrivé suite à un problème de panne sur la route. C'est pour dire combien on se sentait solidaires. Bien sûr, les provinciaux étaient un peu boudés, mais c'était sans gravité.

 

Q- Vous auriez tourné avec Alan Jack Civilization et Catherine Ribeiro, pouvez-vous me raconter en quelques mots ce ou ces concerts ? :

R- A l'occasion de la fête annuelle de la Faculté de droit de Strasbourg, nous avons joué avec Alan Jack Civilization (Alan était un ami pour moi). On a passé un bon moment dans les loges ensemble. Et il y avait aussi Catherine Ribeiro avec qui on ne pouvait pas communiquer. Elle était dans un délire! Je me souviens d'elle debout sur une table hurlant "Non! j'ai pas tué mon père". Hallucinant...

 

Q- Un petit mot sur le 45T du groupe Valeriana, où vous jouez les lignes de piano ? :

R- Enregistré au studio P4 ( disques sab) à Besançon, avec Alain Carnel à la basse et au chant (il a fait partie d'Introversion en 1971, c'est lui que l'on voit à la basse sur l'unique document vidéo de l'époque). Il y avait aussi Robert Bertella (guitare/chant) et Serge Migneret (batterie). Pour ma part, j'assure les parties piano. J'ai appris la musique grâce aux cours de piano, et ça m'a permis de progresser en harmonie pour la guitare.

 

ANGE

http://rockclassics.r.o.pic.centerblog.net/3fd91c5f.jpg

Q- Donc nous voilà en 1977, où vous rejoignez le groupe Ange aux guitares : le résultat sera l'album "Guet-Apens". Comment s'est passé votre recrutement et votre intégration dans le groupe ? :

R- Je rencontrais souvent Daniel Haas à Vesoul, où je logeais. Il passait me voir après les répétitions

à la sortie de son train. Un jour, il m'annonce que lui et Jean Michel Brézovar vont arrêter avec le groupe Ange. Et il me dit en plaisantant que, si je voulais, je pouvais remplacer Jo. J'étais prof de dessin à l'époque, et j'étais au début de mon intégration dans l'académie comme maître auxiliaire, nommé à des endroits qui changeaient de trimestre en semestre, je commençais à en avoir marre de faire de la route, de trouver un logement etc... Bref, le moment tombait bien , c'était les vacances de Juillet-Aout. J'ai donc appelé Jean Claude Pognant qui manageait Ange, pour lui proposer mes services. Lui était content de me retrouver et super content que je fasse partie du groupe. Il me donna le téléphone de Christian Décamps, agréablement surpris (on était resté très ami, tout comme aujourd'hui). Il me dit qu'il en parlait à son frère Francis, et d'un commun accord ils l'étaient pour que je fasse partie du groupe.

 

Q- A priori, ce n'était pas juste comme musicien de studio, car vous êtes crédités dans la composition de 2 morceaux, et l'album sonne plus rock que prog :

R- Oui , "Virgule" et "Un trou dans la case" sont deux titres où j'ai composé les lignes de la musique. Il ne faut pas oublier que notre travail se faisait avec le groupe, et donc il y a un peu des idées de tous dans les arrangements.

Et le texte était déterminant pour la structure de chaque titre. Il est vrai que l'album dégage une direction différente, plus rock et aussi plus blues. Je trouve que ça collait bien à la hargne du groupe, ça sortait des tripes, et moi j'aime ça !

 

Q- Vous êtes parti en tournée avec le groupe pour la promo du disque ? :

R- On a fait deux tournées d'un mois chacune, pratiquement sans relâche, sauf les dimanches, et parfois d'autres jours de la semaines à cause des distances entre les concerts. La première débuta le 22 octobre 77 à Bruxelles au théâtre 140, pour se terminer le 17 décembre à Melun. Elle comportait trente quatre concerts dont deux en Belgique (Bruxelles et Courtrai), deux en suisse (Neuchâtel et Genève) et trois en Finlande (Tavastia , Turku et Virrat), l'autre tournée après la sortie de Guet-apens, avec un nouveau bassiste.

 

Q- Vous êtes resté en contact avec Christian Décamps, on vous retrouve sur plusieurs de ses albums au fil des années. C'est une amitié et une complicité musicale qui remonte à l'époque d'Introversion ? Son "univers musical" vous inspire-t-il ? :

R- Comme je l'ai dit, Christian et moi sommes des amis, donc on se voit. On s'estime en effet depuis Introversion, donc quarante années çà compte. Je trouve que la presse, et les médias parisiens notamment, devraient avoir plus de reconnaissance pour l'artiste atypique qu'est Christian Décamps, car il fait désormais partie du patrimoine et d'une identité unique donc rare!

 

HORDE

http://www.panikrecords.com/data/picture/ClaudeDemet.jpg

Q- Votre carrière "solo" débute en 82 avec "Horde" ? :

R- Horde a marqué le début de ma carrière solo qui continue en parallèle avec d'autres projets.

 

Q- L'album sort sur le label de Jean-Claude Pognant. Aviez-vous des contacts avec les autres groupes du label Arcane et Crypto ? (Mona Lisa, Little Bob Story, Carpe Diem, Pentacle, Ganafoul etc...) ? :

R- Nous avons fait un concert avec Ganafoul à Montbéliard. Jean-Claude avait le projet d'organiser une tournée avec les deux groupes, mais ça n'a pas abouti.

 

Q- Introversion est donc dissout ? :

R- Non, Introversion s'est reformé il y a plus d'un an avec notamment Roger Gremillot, le batteur du début, et un ancien bassiste d'un groupe de Gray, Gilbert Dianin. Je suis en répétition, nous avons déjà maquettés 14 titres (dont un écrit avec Christian Décamps) en prévision d'un album et des concerts pour reformer ce groupe arrêter depuis bientôt 40 ans. Pour l'instant, je prends le temps pour la finalisation des mixages et du visuel. Nous nous retrouvons pour des répétitions live.

 

Q- Au fil des années 80 à 2000, vous sortez plusieurs albums dans une veine blues/rock, sur lesquels vous vous forgez une solide réputation en tant que guitariste. Avez-vous beaucoup tourné sur les scènes locales ou nationales à cette époque ? :

R- J'ai pas mal tourné, au début avec Horde, localement en Franche-Comté, et puis avec Daniel Haas et Jean-Paul Simonin sur des scènes nationales. Il y a eu plusieurs formules de groupes, plusieurs musiciens ont partagé l'expérience: enregistrements de disques et concerts (une bonne centaine de représentations).

 

Q- Avez vous été tenté de devenir musicien de studio ? :

R- Non, le job ne me plairait pas dans la mesure où je devrais changer l'optique de ma musique.

 

Q- Vous aviez aussi un projet de radio libre avec Jean-Claude Pognant ? :

R- En effet, nous avons établi et fait une radio libre, Radio Soleil, à Belfort.

 

Q- Avez vous des anecdotes sur Jean-Claude Pognant et Crypto ? Vous êtes restés amis jusqu'à sa fin tragique ? :

R- Je n'ai pas d'anecdotes, juste que c'était un battant et qu'il me manque. Nous sommes restés amis et complices jusqu'à la fin.

 

Q- En parallèle à votre carrière musicale, il y a la peinture. Exposez-vous vos toiles en galeries ? :

R- J'expose de temps en temps.

 

Q- Quelles sont vos sources d'inspirations ? :

R- La forme triangulaire et le cercle.

 

Q- L'hiver dernier à Montbéliard a eu lieu une rétrospective sur le rock en Franche-comté, et Introversion s'est reformé le temps d'une soirée pour un mini concert. Pouvez-vous raconter vos impressions sur ce gig ? :

R- C'était génial, il y a eu beaucoup de retrouvailles.

 

Q- C'était la formation d'origine ? D'autres concerts avec Introversion seront prévus ? :

R- Introversion au complet sauf Alain Chardot, malheureusement décédé depuis. On travaille avec Introversion à un futur album et des concerts.

 

Q- Quel est votre actualité pour 2011 ? :

R- J'ai rejoint le groupe de Francis Décamps, Gens de la Lune, pour un album concept et des concerts. On se verra peut-être à cette occasion...

 

Entretien mené par Karim

 

LIEN:

Site Officiel  

 

Myspace

 

Introversion

 

 

 

commentaires

gremillot 16/04/2014 21:54

Entretien avec CLAUDE DEMET MON AMI DECEDE LE 2 SEPTEMBRE 2013?ON PENSE BEAUCOUP 0 LUI ET A SON OEUVRE QUI A DURE 43 ANS 11 ALBUMS I DVD AVEC INTROVERSION ET HORDE 2 ALBUMS AVEC ANGE (Guet-apens) un grand guitariste avec un style très personnel,un grand compositeur,paroles et musiques trop peu reconnu à mon idée,àredécouvrir sans plu tarder,à bientot CLAUDE,on t'aime!

mimi 08/10/2015 07:48

claude était un grand musicien,il restera dans ma mémoire j'ai encore en mémoire plein de souvenir avec claude,jack,alain, et toi roger, mimi basiste du groupe hearing
a bientot

Haut de page