Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Haïti y’es tu ?

par lou 11 Février 2010, 16:18

Badaboum, voilà que la croûte craque et que le manteau se fissure chez les crèves la dalle caraïbiens maintenant ? Non contente de les inonder perpétuellement et de leur envoyer des criquets par vols de plusieurs millions régulièrement, Dame nature s’en paye une tranche en enfouissant copieusement les tontons macoute sous les décombres de leurs immeubles ternes et de leur cases mates…

 

Le mois dernier, des millions de gugusses découvraient où se situe Haïti et s’émouvaient du tragique évènement qui venait de les frapper en pleine tronche. France2 et consorts (les autres je ne les nomme même plus) nous abreuvaient de belles images de désolation, de cadavres d’animaux – restons pudiques – d’amas de moellons ça et là, d’interviews en patois local sous-titrées et d’envoyés très spéciaux calamiteux (« oui Élise, ici l’aide internationale tente de se coordonner… »).

 

Bien sûr le péquin télévisuiste s’émeut et s’indigne que de telles catastrophes puissent se produire à notre époque (…) mais il se réjouit néanmoins que les amerloques balancent des sacs de riz sur les camps de réfugiés au risque d’en tuer quelques-uns pendant les largages. Au moins, les autres auront de quoi bouffer, même si il n’y plus d’eau propre à la consommation et pas de gamelles pour le faire cuire. « Au pire, dans 10 jours on leur balancera des rations de combat qui n’ont pas servi au Vietnam… »

 

Mais tas de cons que vous êtes, balancez-leur des plaquettes de beurre demi-sel, ils le mélangeront à de la terre pour en faire des galettes puisqu’ils ne bouffent que ça depuis 20 ans ! vous ne craignez pas que de leur fourguer de la bouffe trop riche détraque leur petit transit déjà bien amoindri ?? il y a à peine 2 ans, les mêmes chaînes de TV nous montraient Haïti « un jour normal » (c.a.d. pas en période de catastrophe naturelle) avec ces jeunes mères qui donnaient à manger les galettes de terre à leurs enfants parce qu’elles n’ont rien d’autre à leur filer, en espérant qu’ils en oublient leur faim. On voyait aussi ces mamies septuagénaires qui remblayaient les routes avec de gros seaux de gravats parce que l’État offre une assiette de riz le midi à ces bénévoles experts en terrassement. On voyait ces pères de famille s’adonner joyeusement au racket à Port-au-Prince et jouer du couteau pour dérober l’équivalent de 5 francs à des commerçants aussi pauvres qu’eux. Et ces paysans qui ne pouvaient plus envoyer leurs 3 filles à l’école parce qu’ils ne pouvaient leur payer de chaussures ni de cahiers ! 3 filles de 6 à 10 ans belles et intelligentes, d’une lucidité rare, condamnées à aller chercher de l’eau à 10 kilomètres à pied pour abreuver la famille et les 2 chèvres qui donnent leur ration de lait salvatrice…

 

Il n’y a pas plus de 2 ans, les chaînes de TV parlaient déjà de la détresse d’Haïti, mais sans le frisson du tremblement de terre, la communauté internationale s’en foutait… d’autant que les amerloques larguaient à l’époque des flingues et des caisses de munitions aux pourris alors au pouvoir, aujourd’hui morts sous la coupole de leurs palais ministériels ou exilés en République Dominicaine, en train de constituer un gouvernement de crise, afin de faire face à l’urgence.

 

Vous n’avez pas le droit d’être émus par ce qui se passe là-bas…

Greg.

commentaires

Haut de page