Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

HEATHER NOVA - Live du 20/11/2011

par lou 8 Mai 2012, 15:56

HEATHER NOVA

 

Live au Bataclan, 20/11/2011

 

By Mezik

 

http://2.bp.blogspot.com/-fiRs3-XWuJ8/T6knYo_ddhI/AAAAAAAABUQ/7YiB4Pd9Tn4/s320/Heather+Nova+1.JPG 

 

Heather Nova est née le 6 juillet 1967 aux Bermudes. Au moment où les autres enfants sont des écoliers et des collégiens, elle navigue dans les Caraïbes avec sa famille sur un bateau construit par son père. Elle y écoute les cassettes de ses parents, Neil Young, the Beatles, Van Morrison… Il est certain que pendant ces longues journées passées en mer, elle a entendu plus d’une fois le chant des sirènes et, après avoir appris à les imiter, elle est devenue elle-même une sirène. Le timbre de sa voix et l’étendue de sa tessiture ne peuvent avoir d’autre origine que mythologique ; on aura beau, comme Ulysse, s’attacher au mât, on succombera malgré tout. A quinze ans, elle quitte sa famille pour retourner sur terre. Seule parmi les humains, elle éprouve des difficultés à communiquer et devient chanteuse. L’intégralité de ses dix albums reflète le bonheur de vivre avec nous mais aussi la douleur que ressentent les gens venus d’ailleurs. C’est cette voix unique et ce mélange d’émotions qui font d’elle l’incarnation de l’héroïne d’Andersen, qui la classent dans les chanteuses à part. Son dernier album s’appelle : « 300 Days At Sea ». S’il y en avait un pour l’accompagner pendant tout ce temps, il a dû être heureux.

Le 20 novembre 2011, elle faisait escale à Paris, au Bataclan. On était là.

 

Les concerts rock sont censés provoquer des pogos furieux, des headbangings furieux, des stage-divings furieux, et tout un tas d’autres réactions qui se doivent d’être toutes plus furieuses les unes que les autres, eh bien j’ajoute, après ce concert-là, la larme à l’œil, qui n’était pas furieuse, mais béate et admirative.
On arrive un peu avant l’heure et il n’y pas beaucoup de queue. On a vu des queues gigantesques dans cette salle (ensuite, à l’intérieur, on avait droit à 10 cm² d’espace par personne !) mais là, peu de gens et tous très cools. A l’intérieur, ce n’est pas plein. On s’assoit sur l’estrade aux trois quart de la salle, juste à côté des consoles et le public qui se colle à la scène est à trois bons mètres devant nous, du coup, assis, on voit très bien. On regarde les balcons (qui coûtaient plus cher, on aurait bien voulu un place assise, mais elles étaient toutes vendues) et ils ne sont pas pleins non plus. Qui plus est, le truc qui me fout régulièrement en rogne : le coin « VIP » est clairsemé. Les nazes ! Ils ont des places gratuites pour un concert aussi bien et ils ne viennent pas et ne donnent pas non plus leur place à quelqu’un ! A bas les privilèges ! Abolition des coins « VIP » dans les concerts ! Le public est parfaitement mixte, la belle qui garnit de fleurs son pied de micro attire autant les hommes que les femmes.


http://3.bp.blogspot.com/-KWV3lbKAPQM/T6knUjJ8HwI/AAAAAAAABUI/ljEcNkTK08g/s320/Heather+Nova+2.JPGÇa démarre par Sara Johnston, une grande et belle nana qui chante seule accompagnée de son unique ES 335 vraisemblablement accordée plus bas que le Mi règlementaire, ce qui donne à sa voix un relief sympa. Tout ça est un peu trop timide malgré tout. On se dit que ses compos intéressantes mériteraient un peu plus de folie. L’ingé-son est une jeune femme elle aussi, qui effleure les boutons avec des gestes élégants en faisant mal semblant de dissimuler son embarras du fait qu’on est assis derrière elle. On se laisse bercer et on fait une bonne ovation à la canadienne qui remercie en français.


Très vite, c’est au tour d’Heather Nova et ses musiciens. On note tout de suite que la choriste / pianiste / guitariste / percussionniste est Sara Johnston en personne. L’ingé-son est un mec âgé au physique tatoué de biker mais aux gestes aussi délicats que celle qui le précédait à ce poste. Ils arrivent au son du « Model » de Kraftwerk interprété par les cordes du Balanescu Quartet puis Heather Nova démarre le set avec une de ses chansons les plus tristes : « Everything Changes », « Last Time You Were Here, I Lost A Baby… » Sa voix est d’emblée extraordinaire, elle sidère l’audience. Dans les morceaux lents, comme dans les plus furieux, il y a cette voix au-dessus qui fait un effet magique, un concentré d’émotion et de technique qu’on ne retrouve pas ailleurs. Chanter aussi bien voire mieux live qu’en studio, c’est très rare, Heather Nova chante comme ça. Elle quitte sa gratte acoustique pour une Telecaster (les femmes avec des Telecasters ! je craque) et des morceaux très rock flirtant avec le « prog » ou parfois même les longs codas de Sonic Youth (Winterblue). Tous font les chœurs harmonisés, le bassiste fait souvent du violoncelle, le batteur de la basse, Heather Nova du clavier en plus de la guitare et on sait ce qu’il en est de la choriste. Il n’y a que la guitariste qui ne fasse que jouer de la guitare, mais c’est normal, c’est une authentique guitar-hero. Elle a échangé son ESP stratoïde ruinée de la tournée précédente contre un éventail de Les Paul d’où elle sort des sons et des phrases allant de Gilmour aux punks les mieux inspirés. Quand les musiciens sont présentés un par un, elle reçoit une ovation digne d’un frontman. Son solo greaseux qui clôt le blues déchirant « All I Need » est un modèle.


On a droit à sept morceaux de son dernier album, ça tombe bien, c’est, à mon avis, son meilleur. « The Good Ship, Moon », par exemple, qui parle du naufrage du bateau sur lequel elle a passé une partie de son enfance et de ce qu’elle ressent en regardant les débris submergés comme autant de souvenirs perdus rendus flous voire indistincts par l’eau qui les recouvre. Pendant ce morceau, je me rends compte que j’ai « de l’eau dans les yeux » et pourtant, il ne pleut pas. Je regarde autour de moi et je vois que les gens sont émus eux aussi. Ce qui est encore plus troublant, c’est que le colosse pousse-boutons est dans le même état : la tête penchée du côté gauche il regarde amoureusement « sa » chanteuse et ses yeux sont bien humides.
« Higher Ground », cette histoire vraie de ce mec virtuose de la navigation qui délaisse tout à chaque tsunami pour partir au secours des victimes sur son petit bateau dans les endroits où les gros n’osent pas s’aventurer tant il est accro aux regards reconnaissants des survivants qu’il sauve d’une mort atroce.
http://4.bp.blogspot.com/-CXzIh371McE/T6knPlts7fI/AAAAAAAABUA/c-KtDQMubho/s320/Heather+Nova+4.JPGOn ne fera pas le détail de chaque chanson, elles ont toutes ou presque une urgence, une émotion, un feeling qui les rend indispensables. C’est d’autant plus inutile qu’on peut télécharger le concert, en entier bien mixé et pour pas cher, le lendemain pour vérifier qu’on n’a pas rêvé. http://www.heathernova.com
Il faut aussi aller sur les recoins du web les plus agréables pour entendre les morceaux qu’elle n’a pas joués ce soir comme sa reprise du « Wicked Game » de Chris Isaak qui magnifie l’original.
Je ne suis pas journaliste dans la presse rock (ils étaient où, ce soir-là ? Les journaleux ? Je n’ai pas vu la queue d’un compte rendu dans les canards qui auraient dû !), je n’ai donc pas vu tous les concerts qui existent, mais ce concert-là était mon plus beau pour 2011 et il a une place dans mon top 5 de tous les temps, peut-être la première…
En sortant, les larmes aux yeux se sont transformées en étoiles. On pense à ceux qui ne sont pas venus… J’espère qu’ils ont un mot du docteur d’autant que pour la plupart, ce concert les aurait soignés. Ils seraient devenus dépendants au remède mais il est agréable jusque dans ses effets secondaires.
Dans « Ride », Heather Nova dit: « I need a stranger to tell me I’m beautiful ». Je sais qu’il y a plusieurs millions de plus belles femmes du monde, Heather Nova est l’une d’elles et elle chante.

 http://1.bp.blogspot.com/-nT-Ob3Cqc5A/T6kppmdwVeI/AAAAAAAABUY/6ZSysI_nvhY/s320/heather+nova+bataclan+2011.jpg

Setlist :
01 Everything changes 300 days at sea 2011
02 Heart and shoulder Siren 1998
03 Save a little pice of tomorrow 300 days at sea 2011
04 Like lovers do South 2001
05 Island Oyster 1994
06 All I need Storm 2003
07 Turm the compass round 300 days at sea 2011
08 Winterblue Siren 1998
09 The good ship “Moon” 300 days at sea 2011
10 Ride The Jasmine flower 2008
11 I wanna be your light Storm 2003
12 Do something that scares you 300 days at sea 2011
13 Higher ground 300 days at sea 2011
14 London rain Siren 1998
15 Beautiful ride 300 days at sea 2011
16 Make you mine Siren 1998
17 Fool for you Storm 2003
18 Walk this world Oyster 1994
19 Sugar Oyster 1994

 

commentaires

Haut de page