Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Heavy Rock - Blue Cheer - La Gueule Cassée

par lou 21 Avril 2012, 16:22

http://1.bp.blogspot.com/_9qGE3OfMNkQ/R7ZZ20nVwDI/AAAAAAAAAAg/1NDxAVk_gfo/s320/bluecheer.gifHEAVY ROCK

 

 

 

 

 

Blue Cheer - What Doesn't Kill You

 

 

 

 

 

La Gueule Cassée

 

Impression d'avancer sur un champ de gravats. Le vrai amateur de musique n'en finit plus, chaque jour, de se demander où va sa passion première. En gros, plus rien n'intéresse plus personne. Télécharger des âneries prédigérées, acheter (cher) des MP3 venteux, voilà tout ce qu'on nous propose.  Le pire, c'est encore de se promener sur tous ces sites de vente en ligne, et d'y reconnaître tant de vieux amis. Tous ces disques qui ont compté, compteront encore, sont là, à prix fracassé. Réduits à la plus simple expression marchande, ils finissent leur vie dans la honte et l'oubli. Après avoir enflammé tant de générations, enfanté la plus grande révolution culturelle de tous les temps, ils attendent. C'est infiniment mortifère. La société moderne dans ce qu'elle a de plus épouvantable, option jetable avant tout. Tiens, on y  trouve même le dernier Blue Cheer. Un groupe qui peut se targuer d'avoir un passé. La mort de Dick Peterson (2009) a (un peu plus) enterré une époque, autant qu'une certaine idée du rock. What Doesn't Kill You..../Tout ce qui ne vous tue pas. Vous rend, parait-il, plus fort. Le groupe s'est bien perdu après ses deux premiers disques, voyant défiler trop de monde pour maintenir une vraie unité. Randy Holden, pourtant pas un manchot, ne joue lui-même que sur une demi face d'album. Passé le beau Outside Inside, leur classique psyché à eux, pas grand-chose à se mettre sous la dent. Et le curieux aura meilleur compte de se rabattre sur les grands satellites du groupe (Other Half, Sons Of Adam, Kak) pour trouver une pitance de qualité. Mais non, Blue Cheer ne pouvait pas, indéfiniment, remettre en marche le marteau pilon Vincebus Eruptum. Prototype du heavy métal, leur gros blues au kérosène enrichi leur aurait explosé à la tronche, si ils avaient tenté de pousser encore la température.

 

http://userserve-ak.last.fm/serve/500/35305031/Blue+Cheer+The.jpgOn sait leur come back pataud de 1985 (Beast Is Back, album de ferraille rouillée, ennuyeux). On aurait juste voulu qu'ils tirent une révérence honnête. Pour le coté people, en tout cas, c'est raté. La pochette du sus nommé What Doesn't Kill You (2008) est moche  à faire peur. Suffisamment pour qu'on (ignorance régnante) les traites de sous Iron Maiden. Ironie suprême.  Et gros raffut dans le fond. Ah, ils tenaient encore la forme les vieux, ce jour-là. Paul Whaley de retour pour cogner fort sur les caisses. Et un certain Andrew Mac Donald à la guitare. Gratteux convulsif, généreux de la wha wha, et toujours prêt à foutre le feu à la baraque. Peterson, lui, ayant toujours de cette voix d'angine blanche. Hurlant comme il envoyait la terre entière se faire, élégamment, foutre. Rock and roll donc, ce que ces types savent le mieux faire. Lourd. Coupant. Champ de mines du couplet au refrain. Un sniper se planque dans les ruines. Surement un vétéran. Son tir est précis, appliqué. Putain, d''air saturé. Ça sent la poudre, le premier qui sort se retrouve les tripes à l'air. Et bang, un de plus. Evacuez les blessés, il reste deux chansons lentes (bien tristes) et un blues, en guise de couloir humanitaire. Chemin de croix/de larmes, qu'est-ce qu'on se la donnait dans notre jeunesse. En attendant, j'ai dit un blues. D'Albert King. Riff monté en guillotine à trois lames. Retenir le tempo. Du goudron plein les dents, les poumons brulent. Ah non, c'est la baraque qui crame. Les gamins ont perdu la recette, pour ce genre de sport. Jamais plus de deux accords, mes petits amis. Et prenez votre temps. Déroulez encore et toujours la vieille toile émeri. Que ça racle, bordel. L'antique catapulte fonctionne à  plein régime. Et vise juste. Même si, forcément, un peu limitée dans son champ d'action. Eclairs rouges. Orages magnétiques. En plein sur le paratonnerre. Dompter la foudre. Apprivoiser les éléments. Blue Cheer droit dans ses bottes, tout en nerfs et en lames de rasoir. Ce soir, la ville tremble. Il existe un DVD import (non lisible sur les systèmes européens, bien sûr) du groupe au Rockpalast de 2008. Le son du Marshall au fond des doigts.

Laurent

 

 http://www.youtube.com/watch?v=TnzYMwTeb54

commentaires

Haut de page