Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jazz - Jean Louis / Entretien

par lou 9 Janvier 2012, 10:11

JAZZ

 

JEAN LOUIS

 

Entretien

Alors que notre vieille Europe est sur le point d’imploser, Jean Louis, combo au metissage européen à la manière de l’Auberge Espagnol de Klapisch, dégaine tranquillement à travers l’Europe un jazz corrosif et carrément mystique à travers des influences aussi diverses que world, rencontre improbable entre Fela Kuti et Archie Sheep. Sur scène, la violence dégagée par le trio provoque une tension qui effrite l’oreille, mais qui vous donne une irrésistible envie de bouger votre cul, pour ensuite redescendre sur les pentes du chamanisme… Bricolage, saturation des sons, recherche constante de nouvelles agressions sonores, Jean Louis est un groupe qui ne laisse pas indifférent, et qui vous invite sur une planète inconnu du jazz, celle que l’on recherchait depuis … on ne sait plus très bien. Rencontre avec le trio le plus prometteur de la scène jazz.
http://www.cjbn.fr/archives/images/f5450f1b899f43e80edaf33a5a531c51




Fuzzine : Pouvez-vous nous compter votre parcours musical pour chacun ainsi que les circonstances de votre rencontre ?

Joachim : Aymeric (trompette) et Francesco (batterie) se sont rencontrés en trainant dans les jams parisiennes et ont ensuite joué ensemble dans une fanfare nommée les chevals. J'ai rencontré aymeric au conservatoire de Paris, nous étions dans la même classe. J'avais déjà croisé Francesco à quelques occasions mais je le connaissais moins, nous avons fini par faire une session tous les trois et on s'est vite dit qu'il fallait qu'on monte un groupe ensemble.


F : Comment procédez-vous dans le procès de création et de compositions ?

J : En général on part d'une idée simple : un fragment mélodique, une série de notes, une cellule rythmique. On improvise autour de ça, on cherche des développements, des grooves, des lignes de basse. Ça finit par prendre forme et à un moment il y a une structure qui se dégage, mais qui va encore évoluer avec les concerts !


F : Je vous ai personnellement connu sur scène, sans avoir entendu l’un de vos albums. Il est évident que sur scène, votre musique prend sans doute une autre ampleur. Quelle différence feriez-vous entre le travail en studio, plus studieux, et l’improvisation live ? Ne vous est-il pas trop compliqué de recalquer cela sur un album ?

J : Evidemment nous jouons plutôt une musique de live d'ailleurs tous nos concerts sont différents, et c'est ça qui nous plaît. Nous sommes improvisateurs et aimons prendre des risques, découvrir de nouvelles sonorités à chaque fois. Le travail en studio c'est fixer de bonnes versions des morceaux sur la galette, mais aussi le studio est un outil créatif en soi ; sur « morse » figurent des titres que nous avons peu ou pas joué en concert, et qu'on a composé en studio.


F : La première fois que l’on entend votre musique, c’est surtout l’effet « poing dans la gueule » qui marque, en totale rupture avec l’image intello, voire snobinarde, que l’on peut parfois avoir des milieux Jazz (et notamment Free). Vous êtes d’accord avec ça ? Si oui, est-ce une volonté de votre part ?

J : Oui tout à fait. Quand on s'est rencontré, on était tous trois en opposition et un peu écoeurés par la réalité du jazz parisien, l'ambience de la rue des lombards, tous les musiciens qui font le gig dans les restos à jouer des standards polissés pour que les clients puissent manger leur steak tranquillement. Nous avons rejeté tout ça car ce n'est pas l'idée qu'on se fait de la musique ni du jazz. 


F : Dans votre musique, on sent indéniablement des influences, plutôt flatteuses. Archie Shepp, P.Sanders entre autres, et dans une optique plus globale au free jazz qui sévissait à la fin des 60’s, je pense à l’éthique d’un label comme ESP. Vous confirmez ? Et si oui, comment êtes-vous tombé dedans ?

J : A fond ! Personnellement je suis tombé là dedans par Miles et Mingus ; eux mêmes ne sont pas tellement free, mais les écouter m'a vite donné envie d'écouter coltrane, dolphy, Shepp, ornette...
http://a1.ec-images.myspacecdn.com/images01/12/976ed30e2b2abc63ce368701f157f8ab/l.jpg

F : Plus étonnant au premier abord, c’est le rapprochement avec Fela Kuti qui marque les esprits et plus globalement, cette volonté d’explorer des sonorités « world » (bien que je n’aime pas cette appellation) ?

J :Peut être parce que nous sommes attirés par la transe ! Aussi nous vivons dans une époque où nous avons accès aux musiques du monde entier, c'est normal de retrouver des influences pygmées, javanaises ou ethiojazz dans notre musique. En ce moment je suis branché musique coréenne à bloc, c'est super stimulant !


F : Sur scène, votre musique implique beaucoup d’énergie, de violence aussi. Vous n’êtes finalement pas loin du rock dans l’esprit. Jean Louis, trio engagé ? Et d’où vient cette volonté de saturer les sons ?

J :D'abord on a aussi une culture rock ; ça a été ma porte d'entrée dans la musique, le grunge cartonnait quand j'étais au lycée, j'était bassiste dans un groupe de rock (on a du faire deux concerts hé hé). Ensuite la découverte qu'on peut se servir de l'amplification du son pour transformer les instruments : la trompette d'aymeric sonne parfois comme une guitare ou un orgue, il peut jouer des lignes de basses alors que je fait sonner ma contre dans l'aigu ! C'est un super potentiel créatif.


F : On remarque aussi chez vous une certaine tendance à développer autour de phrases musicales percutantes. En un mot, et pour nous ramener au rock, des riffs. Cela vient-il d’influences glanées du côté d’un certain type de Rock progressif, je pense notamment à des groupes comme Van Der Graaf Generator ou King Crimson ?

J : Nous ne sommes pas vraiment branché rock progressif, mais on nous le dit souvent. Je n'ai pas vraiment d'avis sur la question mais peut être qu'une bonne partie du rock bizarroïde est assimilé au rock prog.


F : Vous faites également preuve de beaucoup d’imagination dans l’utilisation de vos instruments, ce qui est finalement rafraichissant. Ca me rappelle en quelque sorte les anecdotes de ces vieux bluesmen qui trafiquotaient leurs grattes pour en sortir des sonorités originales ?

J : Et d'ailleurs nous avons du trouver nos propres systèmes pour arriver au son qui nous plaisait.


F : Au fait, pourquoi Jean Louis ?

...


F : Comment vous situez vous dans la scène musicale en France ? Je veux dire, votre musique est somme toute assez radicale … Vous trouvez facilement des supports ?

J : On a pas mal sillonné la france, notamment le circuit jazz et alternatif ou nous avons reçu un bon accueil. Désormais on essaie de monter des tourner à l'étranger, ça se complique un peu parce que souvent il n'y a pas d'argent.


F : Dernière question : vous êtes un jeune trio européen, que pensez-vous de l’évolution de notre vieux continent ?

J : Hou là là franchement c'est merdique ; j'ai l'impression qu'on tente de soigner le mal par le mal, consommer pour sortir de la crise financière. Je suis frappé par l'obstination des politiques à conserver un fonctionnement précaire et leur dédain si ce n'est la haine envers ceux qui ont des idées mais pas le pouvoir (c'est à dire l'inverse de nos gouvernants).

 

Entretien mené par Yoann.

 

LIEN :

Myspace

 

commentaires

Haut de page