Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Johan Asherton - La Force Tranquille

par lou 14 Juin 2012, 09:59

ROCK FRANCAIS

 

Johan Asherton - House Of Many Doors

 

La Force Tranquille

http://i3.ytimg.com/vi/NsPkfQs631U/hqdefault.jpgIl existe, dans la presse, un terme consacré, dédié à ces événements qui surviennent régulièrement. Avec un increvable sens de la survie, on nous ressert l'élection de Miss Boudin, le pèlerinage à Saint Machin, ou encore la foire expo de Saitoupouri (255éme édition). Pour désigner ces plaies, on les a affublées du nom de «marronnier». Manque d'imagination ? Un œil au calendrier, et hop, dépoussiérage du poncif adéquat. Parce que tout cela est non seulement affreusement ennuyeux, mais dénote d'une navrante étroitesse d'esprit. Ménager les bovins avant tout. Alors qu'on pourrait, au hasard, leur parler du nouveau Johan Asherton. Qui sort discrètement, trop de classe pour le voisinage (en anglais c'est plus drôle). D'accord j'écris mon papier en conditions optimales, un dimanche matin triste et pluvieux. Et encore une fois, tous les éloges du monde ne changeront rien. Mais si tout le reste est un marronnier, House Of Many Doors se dresse en majesté, façon baobab. Tellement grand qu'il est facile de passer à côté. Et oui, un disque humain, avec des sentiments, de la chaleur, la recette se perd. Fessebouc est coté en bourse, savez-vous. 38 dollars l'action. Sûr que ça va changer nos vies. Surement pas tant que les nouvelles chansons de Johan. Qui pourrait nous broyer d'une main. Mais se contente (modeste) de s'installer dans le salon, et d’arrêter le temps qui passe. Si vous êtes un converti (frère de l'ombre) pas besoin de vous faire l'article longtemps. Le genre d'ambiance qu'on trouve dans les décors de Barry Lindon, en gros. Paysages sauvages, beaucoup de verdure, air vivifiant. Promesses de longues promenades, chemin de rocailles. Prendre l'éternité pour regarder l'horizon. La globalité. Disque parfait (beau packaging) bon goût assumé de bout en bout. Dylan acoustique. Springsteen quand il attrape la douze cordes, et oublie d’être lourd. Tim Buckley au régime sec. Juste pour situer le niveau. L'album étant aussi beau, puissant et personnel que le meilleur des précités. J'ai toujours dit qu'on jugeait mieux un musicien avec l'ampli débranché. En le laissant face aux récifs, à la mer qui vient se fracasser en grondant. Nettoyage par le vide. Comme les disparus d'Eilean Mor. Trois gardiens de phare, volatilisés au large de l'Ecosse en 1900. Souvenir d'avoir lu le récit, alors que j'étais encore gamin. Grosse frayeur de tout ce mystère. Depuis, je braque mon faisceau lumineux Et je guide les bateaux qui me ravitaillent en sensations apaisantes. Autant qu'enrichissantes. C'est une voisine qui m'avait donné un bouquin, que j'ai toujours. Toujours des malheurs, la dame en question. Voyez comme tout est logique, dès que la musique se met à la hauteur. Le dernier Johan Asherton, et hop, voilà que la parallaxe influe sur les souvenirs. J'ai six ans, je suis curieux et avide de découvertes. Non, beaucoup plus, et toujours des choses à apprendre. Tout ceci est une même ligne de force. Guidé par la magnificence de House Of Many Doors. Et seulement elle. Vous allez garder longtemps les bouchons sur vos tympans, fragilisés par tant de produits frelatés ? Chronique approuvé par Vincent, habitant de Saitoupouri.

Laurent

 

LIEN :

 

http://www.youtube.com/watch?v=V06RAGGgSxM&feature=relmfu

 

commentaires

Haut de page