Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Johan Asherton - Nouvel Album - High Lonesomes

par lou 13 Octobre 2010, 16:08

Rock Français

 

Johan Asherton

 

Les bonnes nouvelles

Une rentrée météorologique parfaite, et une reprise sociale atroce. La machine à raboter de l'humain fonctionne à plein, sans qu'on lui ait rien demandé. Flicage, consumérisme, répression, retour aux basiques les plus vichystes, encore un peu plus de clientélisme...

Et voilà que le nouveau Johan Asherton débarque en justicier solitaire et discret, pour nous refaire le grand nettoyage des esgourdes avant l'hiver. Gros ballon d'oxygène sur nos consciences défaillantes. High Lonesomes, album de reprises sous pochette sublime, propose de remonter la rivière. Un pied dans l'eau verte, le dos tourné au supermarché. L'après-midi n'offre que du temps à tuer, en saluant au passage Dylan, Gene Clark, Townes Van Zant, Tim Hardin et quelques autres. Loin de l'exercice constipé que constitue désormais une entreprise du même genre, tout ici n'est qu'air frais et goût impeccable. Jusqu'à cette conclusion en forme de chanson de cow-boy, qui évoque irrésistiblement Lucky Luke. Là où les justes gagnent toujours à la fin. Et toujours cette façon de faire énormément avec si peu, marque des plus grands (Springsteen, Rolling Stones, Tom Waits) qui vous scotchent sans descendre de leur cheval. Histoire de garder le contact, Johan a répondu aux quelques questions de Fuzzine.


http://1.bp.blogspot.com/_Mdobvet11vo/TLWvsGaFvyI/AAAAAAAABCU/hcnTjED_CDg/s320/l_58c08ec9a5e4494db1aa7f2bf49d2477.jpgLaurent : Que s'est-il passé pour toi, depuis le récent live ?


Johan : Principalement, la réédition en CD des deux albums des Froggies parus dans les années 80, et l'enregistrement de High Lonesomes. Quelques concerts, aussi. Mais je me suis de plus en plus tourné vers l'enseignement de la guitare, et des ateliers de songwriting.


L : Voilà que tu sors un album de reprises. Comment ont-elles été choisies ? C'est quelque chose que tu avais en tête depuis longtemps ? Tu connaissais les chansons sur le bout des doigts, j'imagine.


J : Cet album ne représente qu'une petite sélection de chansons que j'avais envie d'enregistrer, que j'avais pris l'habitude de jouer en concert ou juste comme ça, pour le plaisir. En dehors de considérations purement matérielles, j'aurais pu enregistrer un triple CD...


L : Je me doute que tes intentions sont à mille kilomètres d'une intention consumériste, mais quand même pas peur qu'on t'accuse de manquer d'inspiration ? Dans la mesure où cet exercice est très à la mode.


J : J'ai de quoi enregistrer un nouvel album de chansons originales, que je continue de peaufiner tranquillement, mais je n'ai pas beaucoup écrit ces temps-ci. Quant à la mode...


L: Pour bien nous désorienter, le disque débute par une reprise de Jack Bruce, popularisée par Mountain. Fan de Bruce ou du gros Leslie West ? Ou juste de la chouette chanson ?


J : J'ai toujours été très fan de Mountain, Leslie West est un fabuleux guitariste, et cette chanson est magnifique. Ouvrir l'album avec Imaginary Western me semblait évident, dans le sens où elle donne d'emblée le ton pour un disque consacré à des reprises de chansons tournant autour de la solitude, des grands espaces, d'un esprit de pionniers... High Lonesomes est un terme remontant à l'époque du Far West, équivalant à Great Divide, désignant les contrées sauvages, inexplorées.

 

L : Au delà de tout, ta musique donne toujours l'apparence d'une grande simplicité. C'est ce qui la rend si chaleureuse ?


J : Peut-être, je ne sais pas du tout...


L: Tu peux nous présenter les gens qui ont collaboré ?


J: Stéphane Dambry est un vieil ami, mufti-instrumentiste et auteur de plusieurs albums, en solo ou en groupe. Nous avons enregistré ce disque ensemble, chez lui. Éléonore (Chomant) est sa nièce, et une musicienne accomplie. Sarah Smith (violon) est galloise, et Stéphane a profité d'une de ses visites en France pour l'inviter à jouer avec nous. Laurent Pardo a été le bassiste de Kid Pharaon, puis de Mr. Moonlight, et joue depuis plusieurs années avec Elliott Murphy. J'ai été vraiment heureux de travailler avec eux tous, un grand bonheur !


L : La pochette colle atrocement bien avec le titre. Tu te sens seul ou isolé sur la scène française ?


J : Parfois... Je n'y pense pas vraiment, en fait.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/14/Asherton.jpg/300px-Asherton.jpg

L : Parle-nous un peu des deux albums des Froggies, qui viennent d'être réédités. Tu es toujours en contact avec les autres membres ?


J : Ce projet me tenait à cœur, et mon vieil ami Lionel (442eme Rue) s'est déclaré partant immédiatement. Il m'arrive de croiser l'un ou l'autre de temps en temps, mais le temps a passé... C'est loin, tout ça...


L : Prochaines étapes dans ta carrière (concerts, disques) ? On aura la chance d'avoir un DVD vidéo, un jour ?


J : Quelques concerts, peut-être un nouvel album. Je pense surtout à des rééditions, et à des sorties d'enregistrements anciens et restés inédits. Un DVD serait bien, aussi. We'll see...

 

Entretien mené par Laurent

LIEN :

 Myspace

commentaires

Haut de page