Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Label - Man's Ruin Records

par lou 15 Avril 2010, 08:55


LABEL http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/b/be/MansRuinRecords.svg/328px-MansRuinRecords.svg.png

 Man’s Ruin Records

Au début des années 90, je me suis vraiment passionné pour ces gars qui faisaient une musique visiblement inspirée de mes groupes favoris. Ils ont évidemment bien vite été catalogués et rangés dans une case qui fut appelée Stoner. Probablement à cause de cette compilation "Burn one up. Music for stoners".http://3.bp.blogspot.com/_XgtWcjIMppo/RsH9_g7FDHI/AAAAAAAAABk/yQr0EBqDxuc/s400/burnoneup.jpg


Je guettais donc toutes les sorties assimilées Stoner chez Gibert, seul magasin à l'époque où l'on pouvait trouver ce genre de zique, (merci au vendeur du rayon Pop Rock si passionné et compétent) et plus particulièrement toutes les sorties MAN'S RUIN.

Ce label, maintenant défunt officia de 1994 à 2002 et ce qui le différenciait de tous les autres c'était la qualité des artworks. En effet, le label fut fondé et dirigé par Franck Kozik, un graphiste plutôt réputé qui sérigraphia lui-même toutes les sorties du label.


Quasiment tous les vinyles de chez Man's Ruin sortirent en éditions limitées (5000 ex), voire très limitées (3000 ou 1000 ex) et sur des galettes quasiment toujours colorées.


Ca, plus le fait que certains artistes devinrent très célèbres comme Kyuss, Queens Of The Stone Age, et les fameuses Desert Sessions de Josh Homme (oui je sais, tout ça ne fait qu'un artiste en fait) ou culte comme The Heads, fait que les dites galettes ont une méchante tendance à afficher des tarifs plutôt prohibitifs.

Un aperçu de quelques-unes de leurs sorties :
http://nevermindgallery.com/index.php?cPath=327

                                                                                                        
Puis, en 2002, en tentant de se connecter à leur site on pu voir ceci : "Mansruin never paid their bill, sorry" Fin de l'histoire et disparition des écrans du sieur Kozik.
http://www.urbanix.co.il/urbanix/images/stories/Kozik%20Frank.jpg

Il réapparait quelques années plus tard à Tokyo où il commence à se faire connaître comme "toydesigner" et depuis semble être bien reconnu comme tel. J'ai retrouvé une p'tit interview où il en parle :
http://artoyz.com/blog/Wordpress/2007/interviews/aldo/frank-kozik-ne-plaisante-pas/
Bon, maintenant je me doute bien que les disques Man's Ruin c'est peut être pas franchement votre tasse de thé, mais malgré tout, des labels comme celui là j'aimerai bien en voir plus souvent ...

 

Venukse.

 

 

 

 


 

 

 

commentaires

Haut de page