Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Manson Comic Strip - Bain de Sang au Paradis

par lou 3 Décembre 2009, 09:36

Bain de sang au Paradis

 

 

( The continuing story of Roman Polanski…

… Hey, Charles Manson, what did you kill ??? )

 

 

 

T’écoutes le Double Blanc, Face C, HELTER SHELTER... Dévale le Grand Huit, les yeux fermés. L’acide te conduit sur les montagnes russes, dans les Rocheuses, le grand canyon. Les squelettes dansent dans le train fantôme, capharnaüm psyché, doigts bagués, bras tatoués, membres coupés. Concentre-toi, Charly, écoute les messages du White Album. Prends le toboggan en spirale construit autour de la Tour De Babel. Tu voles au-dessus de Pleasure Beach, tu découvres Brighton, tu planes au sommet du Mont Olympe avec les dieux et les déesses célébrant des Bacchanales dans cette putain d’Europe que t’es même pas capable de situer sur une carte. À part Liverpool, la Caverne, bien sur… et le Star Club, dans le quartier des putes et des marins à Hambourg ! Tu captes les images subliminales des Four Fab. Light House Slip, Spanish City, tu connais ces endroits, en descente de speed, la gorge sèche, le cœur qui bat la chamade... Tu connais ce parfum… désagrégation… continuo… la basse de Paul, son Höfner magique… débouler, dégringoler… Tu connais ces reflets… Slalom, chute… Shalom, shadows… Dans la vallée de la mort, en plein désert, au fond du gouffre, ton gouffre, les Beatles chantent ; réverbération, tu es leur écho. T’es tellement raide que tu perces l’au-delà des mots comme des lames de poignard, le sang de tes victimes, le sang de tes compagnes qui accouchent de diablotins fourchus. Des océans de sang et ta vie derrière les barreaux de Terminal Island à San Pedro, ta vie d’avant, de délinquant minable dans l’Indiana car maintenant tu es le Duce, le Guru, le guide. Satan, sultan, Xrist, prophète lysergique, tu mélanges tout et ça marche tu as ton harem, ta Famille. Tu as le pouvoir, des disciples, des corps objets, des armes. Les Beatles t’ont choisi.

 

 Ils composent pour toi, même Harrison qui écrit si peu : you can see them out for dinner with their piggy wives…Tu danses sur les nuages, troisième, quatrième, cinquième Di-MANSON !

Les Scarabées te parlent avec un accent cockney, c’est bizarre, tu devrais te méfier, c’est pas normal ce timbre de voix mais t’es tellement défoncé… C’est écrit en lettres carmins sur le sable, sur les portes de ton Mini Bus : N’ayez pas peur, fans ! Charles va évangéliser l’Amérique et détruire les porcs avec des orgies artistiques et le Black Power portera le béret. Tu décapites des animaux, tu flagelles ta tribu et tu vends les vidéos aux stars d’Hollywood. Un autre aussi joue avec le Diable ; il lui a volé son bébé. C’est un tricheur qui danse avec les vampires. Sharon Tate, son épouse, porte le véritable Rosemary s‘ Baby mais toi tu vas lui prendre et tes disciples poignarderont, larderont, saigneront la belle. Junkies chourineurs, surineurs célestes : Sadie Sue, Suzan Atkins, Tex Watson, Bobby Beausoleil, Linda Kasabian , Diane Lake Aka Snake,  ta clique… tes Haschischins ! La police comptera 51 blessures sur la dépouille de Voytek Frykowski assassiné avec Sharon Tate et les autres.


 

T’écoutes le Double Blanc, Face B, Piggies tourne sur la platine… Clutching forks and knives to eat their bacon… Leno LaBianca sera retrouvée avec un couteau dans le ventre et une fourchette plantée dans la gorge. Death to Pigs / Rise / WAR… Tu fais la guerre, toi Charly, tu n’es pas un hippy, tu es un serial Killer mais non tu prêches l’amour par la rédemption : The Love and Terror Cult… Ce sont les autres qui tuent, ils obéissent à tes pulsions. Toi, tu es le révérend, le référent, le manipulateur des transes secrètes, le révélateur. En 1975 Lynette Fromme tentera même d’assassiner Gerald Ford, cet imposteur ! Toi, tu es une Pop Star. Dennis Wilson, batteur des Beach Boys a enregistré ta chanson Cease to exit mais ce fumier ne t’as pas obéi, il avait le droit de toucher à la musique, mais il ne devait changer aucun mot. Il l’a fait. Sacrilège ! Ton titre est devenu Never learn not to be. Il ne l’emportera pas au paradis ce Casanova, il crèvera en 1983 rongé par l’alcoolisme et les remords, complètement flippé.

Toi, Charles Manson, chien de bois, apôtre du Mal, ils t’ont arrêté, condamné à mort en avril 1971. Tu es le plus grand criminel de la Révolution Psychédélique, criminel par influence, mauvaises vibrations sataniques, vrille cosmique au-delà des murs car la Roue tourne et l’état de Californie abolit la peine de mort en 1972. Te voici à perpétuité dans ta maison première : la prison.

 

T’habites le corps de Polanski, trait pour trait, champagne, méthaqualone, violence et sodomie, voie de fait, voix virtuelle, fascisme des états secondaires trop primaires.. Lui comme toi, métamorphose animale, excréments, sublime tragédie. Il déraille, viole une adolescente de treize ans, Samantha Geimer, dans un ballet d’ombres, chambre noire, nuit de sabbath, blooddy sabbath, Black Sabbath… Samantha, une sorcière de Salem, tout est lisible dans les vapeurs de l’alcool, les délires de la drogue et Charly ricane derrière les barreaux, ivre de jouissance. Il fait jour maintenant, ton nom c’est Roman Polanski, libéré sous caution après 47 jours de détention et d’examens psychiatriques, tu t’enfuis le plus loin possible. M le Maudit. P le Proscrit, qui est fou, qui est démoniaque, qui écoute la face B, qui écoute la face C ? Roman ou Charly ???

 

 

En novembre 2009, Charles Manson, toujours emprisonné, passablement sénile, mais inspiré entend John Lennon lui annoncer que Roman Polanski incarcéré en Suisse implore la miséricorde divine. The Love and Terror Cult continue pour les deux septuagénaires ; impair rouge, bille de granit noire. Lueurs, éclairs, impacts de foudre. Golem. Gemaux consanguins, voluptueux,frustes.

Qui des deux rejoindra le premier l’antichambre pourpre de Lucifer ?

Revolution Nine… Le 9 devient 6 comme un fils biologique.

Charly ne doute pas que Paul Mac Cartney ne compose prochainement une chanson où il lui délivrera l’ultime message. Il saura déchiffrer l’énigme. Il a toujours été prêt.

Chaque jour, il continue à descendre l’interminable toboggan d’os blanc neige. HELTER SKELTER !

 

Leon Cobra

 

Retrouvez toute la poésie déjanté de Leon Cobra sur son excellent blog :

Le Tréponème Bleu Pâle

commentaires

Haut de page