Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mighty Baby - Live In The Attic

par lou 4 Octobre 2011, 21:37

Rock Psychedelique

 

MIGHTY BABY - Live In The Attic

 

Le Feu Grégeois

http://www.progarchives.com/progressive_rock_discography_band/5961.jpgCurieux phénomène que Mighty Baby. Ces ex Action sont l'objet d'un culte discret, mais tenace. Et pas seulement pour la valeur monétaire de leurs quelques disques. Qui affolent régulièrement, quoique sans faire plus de bruit que ça, le petit monde autiste de eBay. Leur single français atteignant  par exemple, quand on le trouve, un prix plus que rondelet. Sorte de revanche posthume sur l'indifférence totale que le grand public semble avoir bâti entre lui et le groupe. Pas psyché chevelu, pas blues généreux, sentant la bière et la sueur, inclassable. Donc à coup sûr invendable.   Au brillant premier album, qui ajoutait des éléments jazzy/classe à des influences West Coast, succéda un second opus, réponse flegmatique (et lumineuse)  au Grateful Dead d'American Beauty. Puis le groupe éclata, et il fallut, comme souvent, attendre presque vingt ans, la déferlante des rééditions pour les (re)découvrir. Tout cela était bel et bon, mais il manquait un témoignage live. A ma connaissance, la seul excroissance du genre se trouvait sur un CD italien du second disque, et provenait du festival de Glastonbury en 1971. Longue improvisation totalement tordue, émanant sûrement de musiciens archi-défoncés. Mais le Père Noël est probablement  capitaliste, n'empêche il a parfois de bonnes idées. Et notre Live In The Attic dans les mains, nous allons par les rues frileuses en répandant la bonne parole. La, entre deux tirs de Flashball, et trois rafales de Tazer, on savoure d'abord Mighty Baby, live, ouvrant pour Love, en Mars 1970. Trois titres (très bon son vu l'âge des bandes) dont une longue suite (Now You See It) illustre parfaitement le propos du groupe. Moment arraché au temps, probable et acide roue libre d'esprits avides de décoller. Ça part un peu dans tous les sens, mais avec une remarquable propension à écouter les autres, avant de briller soi-même. Le tout peut s'apparenter vaguement à Agitation Free sans les racines ethniques, en beaucoup plus barré. Avançant dans l'obscurité, y créant quelque chose, et tentant de le dépasser dans la minute qui vient. Très bon en tout cas.

 

http://images.gibertjoseph.com/media/catalog/product/cache/1/image/250x250/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/i/210/5051125505210_1_75.jpgLa transition avec deux morceaux d'esprit country rock, pas franchement originaux, résonne bizarrement par contre. Ces derniers sont sans prétention, certes, mais sans grande substance non plus. Notons qu'on est bien loin du congélateur Eagles and co, quand même. Pas si loin des Charlatans. La logique est sauve. Passons à la partie studio, à peu près à la même époque. Et aux quarante minutes (imaginez ça aujourd'hui) de Now You Don't. Flutes, tablas, groove oriental, la mer est bleue, le temps idéal pour naviguer. Guidage aux étoiles, seulement. Ça farte ? Ta gueule, laisse toi porter, et savoure. Toute la majesté de l'Albatros de Baudelaire, qui aurait résolu ses problèmes de la seule solution possible : plus jamais redescendre. Voler loin de l'humanité, de sa petitesse. Se confondre dans les nuages, à l'abri. Pire, se donner raison de penser comme ça. La météo est bien capricieuse mon Capitaine, on repartira demain. Ou plus tard encore, quand la musique se sera tue une bonne fois. Formidable masse compacte, ces gaillards nous tiennent bien. Et ils s'y entendent pour brouiller les pistes, tout en nous roulant dans leur farine à eux. Nous voilà rendu pas vraiment loin de chez Soft Machine, maintenant. Capacité effarante à étirer encore et toujours la substance, les types de Mighty Baby méritent leur médaille. Au grand charnier des sacrifiés du rock, ce lieu qu'on visite les yeux bandés. Juste pour en oublier le chemin, et voir uniquement la nécropole. Jouvence sonore, attention vous allez tomber dans le puits... Avec un grand sourire, juste l'effort de se pencher. Et c'est déjà (hélas) la fin avec un joli morceau mélancolique, renforcé de deux choristes femelles. Beau thème circulaire de piano, la guitare prend le relais et tous les deux vont cheminant. Vers le soleil assurément. L'ensemble est totalement en décalage avec les (piètres) standards d'aujourd'hui, et appelle donc un public de connaisseurs. Tel que, voilà un précieux témoignage d'une formation tragiquement inconnu. Et appelé, hélas à le rester, dirait-on. Bien des musiciens de la même génération aimeraient une aussi jolie couronne à leurs funérailles.

Laurent

 

LIEN :

Now You see It

 

http://www.coverdude.com/covers/mighty-baby-a-jug-of-love-cd4-cover-12196.jpg

commentaires

Haut de page