Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Poésie Underground - Richard Joray

par lou 14 Février 2011, 10:42

POESIE Underground                   Par Richard Joray

 

http://files.fluctuat.net/images/cms_flu/9/9/1/7/37199/45470.jpg

Retrait des troupes
 
Juste une petite danse
Avant de s'autoriser
À prendre d'une main
L'éclatante beauté

Un grand bruit soudain
Égaré dans les landes
Instant vide et précieux
Le délice vient de loin

Pas tout de suite
Le moment n'est pas venu
Et le pain pas encore tiède

Closes sont les fenêtres
Mornes sont les fontaines
Ton travail reste inachevé

Tel un orage colérique
La suie perle sur ma tempe

Quelle branche saisir ?
Le bucheron vient de passer
 

 

******************************

 

Ramené de nulle part
 
Quelles sont les couleurs
Des passés et présents ?
Les couleuvres indécises

Dans les champs éteints 
 
Rien qu'un cadre abstrait
Une route sans virages
Abstentions démesurées
Contre mirages obscurs
 
Et voulant tourner à gauche
Un film sans pellicule
Les heures précieuses
S'écoulent librement
 
Emporté par le désert
Incandescent et meurtrit
Désocialisé des courbes
Et des chairs palpitantes
 
Sans masques ni perruques
Ne plus tomber dans l'abysse
Car toi, perroquet précieux
Tu connais les réponses 
 
Un mat tissé de perles
Suit les traces fuyantes
Et toi, éternel drapeau
Tu observes la fumée

 

*************************************

Les béatitudes

Beatrix joue, toute la journée
Mais quand le train passe
Avec un profond dédain
Elle le laisse passer

Beatrix grimpe, toutes les nuits
Attrape les montagnes
Et gagne les nuages
Sans jamais trembler

Beatrix chante, tous les matins
Et quand sa voix caresse
La tresse de ses cheveux
Elle ne rit plus

Beatrix fume, toutes les minutes
Habile locomotive
Qui captive et endort
Les instants brumeux

Beatrix aime, tous les instants
Naviguant sur les mers
Amères et brunes
De ses entrailles

Beatrix triche, tous les midis
Tourne les hélices
Des délices et des rêves
Des plus chanceux

Beatrix occulte, tous ces passants
Des visages illuminés
A chaque petits virages
De sa tendre peau

Beatrix se cache, infiniment
Ne laissant transparaître
Que les traitres reflets
De ses yeux bleus

 

commentaires

Haut de page