Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Randy Holden - Les champs magnétiques

par lou 28 Janvier 2010, 18:30

http://www.randyholden.com/images/randyholden34cdt.jpg

La curiosité, est un animal aveugle. Se cognant souvent dans les murs en hurlant à l’escroquerie intellectuelle. Mais tombant parfois dans des creusets de lave brûlante.

 

Et en conséquence, produis des poètes maudits, avides de communiquer.  À l’esprit aussi large que leur porte-monnaie est vide.

 

Le nom de Randy Holden m’est apparu sur ces fameuses listes baroques, qui faisaient mon désespoir de jeune collectionneur (innocent autant qu’avide). Si j’ai pris une leçon en ce temps, c’est que certains disques sont des alliages de mercure et de glu. Des années pour les capturer, plus moyen de s’en débarrasser par la suite.

 

Toujours oublié, dès qu’il est question de citer les accoucheurs du proto hard, Population II revendique lui aussi les clés du royaume sonique. Fait de la même matière qu’un Black Sabbath première façon, mais sans le coté messe noire. Rappelons que la panoplie heavy pour premier âge, se détaille comme suit :

 

Bassiste pas franchement imaginatif, qui s’amuse à glisser dans la gadoue.

 

Guitariste frimeur, enchaînant des riffs qu’il voudrait Pagienne Cadillac. Se retrouvant souvent avec un solex.

 

Batteur aux prétentions éléphantesques. Aie, il s’est encore tapé sur les doigts, le maladroit.

Chanteur tout en gosier et en burnes. A fréquemment pris des cours avec un marchand de scies à métaux. Quant à ses prétentions intellectuelles, elles se limitent au poster central de Playboy.

 

 À la place, ici, tournoie un hélium secouant et rebondissant. La où Ozzy and Co dominaient un paysage de granit, Holden est le dictateur d’une contrée qu’il colore en acide. Dialogue entre une guitare et son dompteur. Combat pour savoir enfin qui aura le contrôle sur l’autre.  Et ça pousse pour faire jaillir l’étincelle. Terre aridifiée  par le manque de moyens, dépouillée du moindre gadget de production. Le côté tuyauterie artisanale va faire sourire les snobs de la modernité.

 http://2.bp.blogspot.com/_DTFA8qqS1j0/SdzjdrJhjAI/AAAAAAAAA30/94mhQBupsr8/s400/holdenpop2ss2.jpg

 Et hausser les épaules de n’importe quel capitaliste des six cordes. Avec site auto géré, et tablatures vendues directement.

 

C’était pendant l’horreur d’une profonde nuit. Randy était sans groupe. Déçu par Other Half, considéré comme un simple larbin par Blue Cheer, sans même un contrat. Bravant l’orage qui menaçait, il se mit à hurler « Si moi aussi j’avais la puissance du ciel, ce serait facile ».

 

 Et Décibel, dieu de la sonorisation, qui passait par là, l’entendit. Il lui répondit dans l’instant. « Chiche, je te donne un théâtre, une muraille d’amplis, et le batteur de Kak. Au boulot ».

 

Ainsi fut donc fait. Mais la poisse avait décidé de s’en mêler. Embrouilles légales (est-on au moins certain que la galette soit sortie officiellement ?) banqueroute, et exil pendant 26 années. Juste le temps de laisser fleurir les marchands. Bien sûr, TOUS ont un pressage original à vendre. Au prix du diamant. E Bay est un monde merveilleux. Qui vous fournira même une compilation des Fender IV/Son Of Adams, premier groupe d’un tout jeune Randy. Se faisant les doigts sur un répertoire surf et garage.

 

Et l’intéressé dans tout ça ? Harcelé par un soi-disant fan, il s’est retranché dans sa tour d’ivoire.  Nos petites questions n’ont pas franchi le barrage de sa secrétaire. Tout juste apprend-on que l’autoproclamé « Dieu de la guitare » a un nouvel album en chantier, ou qu’il peint. Le reste, il faudra l’imaginer.

 

Si possible en poussant bien le volume dans le rouge.

 

Laurent.

Lien :

http://www.randyholden.com/

commentaires

Haut de page