Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rock Français-Jean Cohen Solal-Sous les pavés, la plage!

par lou 21 Juillet 2010, 12:08

Rock Français

 

                         Jean Cohen Solal

 

                                Sous les pavés, la plage

Fallait-il que la société française soit sous pression, pour réagir avec autant d’intensité aux Shadoks. C’est une vieille tradition gauloise que d’écrire à son député, à son évêque, de dénoncer son voisin. Mais à quelques semaines du grand schisme soixante huitard, on battait des records de folie. Et le courrier s’accumulait à l’ORTF. Tout ça pour une série télévisée, dénonçant l’absurde pour l’absurde.

 

 Et renvoyant le coq hexagonal à sa tenace balourdise, face au flegme anglais. La seule chose qui ne fut pas vilipendée (et encore) semble être la musique de Jean Cohen Solal. On suppose que, dans le concert d’anathèmes familiaux, elle devait finir noyée dans plusieurs fois son volume de démagogie empestant la soutane, ET le retour à l’ordre nouveau.

 

Prendre les choses à rebrousse-poil, le musicien avait du noter cette idée. Ses deux albums solos de 1971 (Flutes Libres) et 1973 (Captain Tartophom) sont l’expression du monde libre penseur.

 

 Gravement barré libre dans sa tête, même en faisant la queue à la boulangerie.

 

 Et le cauchemar inhérent à tout étroit esprit. http://www.45toursderockfrancais.net/rockfrancais/photos/cohensolalr.jpg

 

Précisons que les originaux valent une fortune sur la toile, et que pour les trouver en CD, il faudra (naturellement) passer par l’import. Israël les a, ainsi, réédités en un seul volume. Charbonnier est peut-être maître chez lui, mais si tous les génies étaient reconnus dans leur pays, on serait mûr pour des siècles de réhabilitation.

 

Pendant ce temps, le disque tourne. Jazz-rock déjanté, recherches sonores dignes d’un Pink Floyd gavé de Roland Kirk, raga mouliné bien fin, et servi sous Valium…..En fin de compte, plus moyen de faire la différence entre les deux disques. Est-ce le jour, est-ce la nuit ? On s’en fout, à vrai dire. Baliser le chemin, c’est déjà entreprendre une démarche. Tout juste, du fin fond de la béatitude auditive, relèvera-t-on la tenace influence de Zappa, période Hot Rats. Trop tard, les nuages ont changé de sens. Pas vous, ni le canapé, mais c’est tout comme.

 

Interrogés, les habitants de Moulinsart ont immédiatement réclamé la mise sous acide, lysergique, de la fanfare locale. Avec le capitaine Haddock (rond pété) aux arrangements.

 

C’est fini ? Pensez-vous. Musique pour les solitudes psychiques, et la méditation transcendantale auto gérée.

 

À essayer dans la sono du Auchan le plus proche. En adoptant la position du lotus, jusqu’à l’arrivée des pandores. 

 

Laurent.

 

LIEN :

Ab Hoc Et Ab Hac

commentaires

Haut de page