Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rock Psychédélique - Al Simones

par lou 21 Juillet 2010, 11:59

Rock Psychédélique

Al Simones

Par laurent

Abusons donc des bonnes choses. Après tout, les fêtes approchent, et le mot d'ordre arrive "Gavez vous, c'est bon pour l'économie". Certains sont non consuméristes, mais ont encore le droit de parole.  Même si législateur (jaunâtre et hépatique) ramène encore sa fraise, pour l'interdiction 2545874. Pas rock and roll le gars. Son karma est réglementaire, il le cire tous les matins. Son boulot consiste à nous pourrir l'existence. Si j'en avais un de job, je serais journaleux dans le monde merveilleux de la musique, et je passerais mon temps à dire du bien de mes disques favoris. Et ce faisant, ici bénévolement, certains ont bien dû m'entendre délirer sur Al Simones. Certainement un effet de mon grand âge. Alors, on y retourne pour une nouvelle tournée. Les vieux se rafraichissent la mémoire, les jeunots prennent des notes. Tout le monde est content. Vous êtes bien installé ? Notre fidèle mini bus se dirige donc vers l'Ohio, un coin des USA pas spécialement marrant. Akron, par exemple, doit être quelque chose comme la capitale mondiale du pneu. Et a enfanté des cas sociaux comme Devo. Tenants d'un post-modernisme gonflant et surfait, quand on aime son steak saignant.  Et sa musique bleu et moussante. Frottez-vous la couenne, rincez à grande eau, il en restera bien quelque chose. 

http://4.bp.blogspot.com/_7St4jD20p0o/R1M3o8_b57I/AAAAAAAAFPA/TOyrAkl4iYY/s1600-R/al+simones.jpg

Mais nous nous égarons dans ces damnés faubourgs, et nous allons louper notre rendez-vous. Notre séminaire sur l'artisanat caractéristique, et les espadrilles percées. Avec Al Simones dans le rôle du mentor. Si vous voyez un type allongé dans son jardin, avec une guitare s'entend, c'est surement lui. Signe particulier, il doit être encore plus feignant que JJ Cale. Et il le revendique. Trois disques au compteur, avec des titres à coller la jaunisse à n'importe quel esclavagiste du Medef. Dans l'ordre, Corridor des rêves (1992) Forêt enchantée (1997) et Voyage en ballon (1999). Il a pas dû oser Mon tarpé et mes tongs, mais je suis sûr qu'il y a pensé. Trois albums seulement, et une médaille en chocolat pour l'ensemble de l'œuvre. Grand narguilé d'honneur en rab. Pour ces mélodies égrenées en acoustique, lardées de fuzztone jusqu'à l'os, dérangées pendant la sieste sous un magnolia. Et qui laissent des traces en vous roulant dessus. Tout ceci est tellement bon, qu'on doit se pincer pour y croire.  Comme à ces embardées hendrixiennes, incapables toutefois de déranger la voix. Laquelle, bien planquée sous une tonne d'écho, renvoie la définition même du mot "cool" à ses chères études.


Le genre de musique qu'on rêve de diffuser dans les rues de son bled. Juste pour l'expérimentation.  Vous tenez le patelin en otage, la musique est forte dans la sono, les flics vont bientôt arriver.  L'ordre et la sécurité seront certes maintenus, et les idéologues entaulés. Mais vous aurez profité de la tronche des beaufs, dérangés en plein trip du Loto et de la bagnole.  Vous ne verrez jamais une licorne ou Tintin coiffé à la rasta. Peut-être entendrez-vous un jour Al Simones. Comment prendre de la hauteur sans ascenseur, pour crise de claustrophobie aiguë. Et vous finirez bien par croiser Tarzan. Lequel, fort intrigué par un titre commeSinsemilla, se pétera la tronche de sa liane. Attention, musique addictive, et bonheur simple.

 

LIEN :

Fantasy Girl

commentaires

Haut de page