Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The Pamelas / Entretien exclusif

par lou 21 Avril 2012, 15:36

FRENCH ROCK

 

 

THE PAMELAS

 

 

Entretien avec Ian Marek

http://3.bp.blogspot.com/-DYdm87VL6Nk/T5K66rPdfzI/AAAAAAAABTk/vaCzoYM16OQ/s320/pamelascover1.jpgVoici le genre de disque qui risque de laisser les futurs musiquarchéologues un brin dubitatifs. La pochette nous envoie dans les années 50 début 60 mais un certain second degré peut faire douter.
Doit-on s'attendre à un revival pop des girls groups de l'époque? Un Ruben and the Jets féminin? Une fois le CD lancé, on peut déjà constater les influences Velvet Underground et King Crimson digérées. Le Velvet par son aspect linéaire, sa section rythmique minimaliste, King Crimson par l'opposition des claviers mellotroneux douceureux et cette guitare acidifiée qui recherche dans les tréfonds de vos méninges. Mais ne cherchons pas trop de références (il y en a bien d'autres), tels pour les impressionnistes, nous les retrouvons ça et là mais pour créer une musique authentique et personnelle. Imaginez vous assis sur la banquette d'un train observant les paysages variés qui défilent, votre esprit divaguant rappelé parfois à une réalité toutefois impalpable par des voix féminines mêlant anglais et français. On hésite entre s'accrocher à une guitare qui commence à rocker ou à une slide qui vous remmène vers des horizons plus vaporeux, à un violon qui intensifie la tension ou à des arpèges qui vous guident au travers de paysages embrumés. Un beau disque qui vous rend mélancolique.

INTERVIEW :


Q :  Pour commencer d'où vient ce nom "pamelas" ?

The Pamelas : Tout est né d'un constat amusant. En faisant des recherches dans un moteur de recherche connu avec des amis, de choses et d'autres, plusieurs fois on tombe sur une Pamela qui se trouve en lien avec un sujet recherché. Partant de ça c'était amusant d'imaginer un monde rempli de Pamelas.
Ce nom "Pamelas" est venu bien 8 mois avant de composer ou d'enregistrer quoi que ce soit. De même le concept d'utiliser des photos années 60 dont cette femme à la chevelure improbable qui illustre la pochette et qui est finalement très "Pamelas".

Q : Quels sont les éléments ou instruments qui définissent le mieux le son Pamelas ?

The Pamelas : C'est assez linéaire et il n'y a pas de changement radical de sonorités entre les différents morceaux. Il s'agit davantage d'un groupe d'instruments assez divers, qui interviennent régulièrement tout au long de l'album. Parmi les instruments dont l'intervention est récurrente, par petite touches, on trouve le violon (accoustique) et le theremin. Bien qu'il ait une présence discrète, le theremin est assez indispensable tant il apporte un aspect fantomatique et mystérieux.
La plupart des instruments sont des instruments classiques du rock, basse, guitare, batterie et orgue.
Quelques touches électroniques 100 % analogiques sont ajoutées, avec des oscillateurs que l'on peut qualifier maintenant "d'époque". Il s'agit plus souvent de textures que de notes jouées.
Globalement aucun effet et aucune sonorité numérique n'est utilisée. Parfois même sont appelés à la rescousse de vieux magnétophones à bandes "low-fi" datant des années 60's, pour donner une coloration particulière. D'autres petites recettes seraient longues à évoquer ici.
The Pamelas c'est aussi du texte lu et les voix, qu'elles soient artificielles ou réelles, sont toutes des voix féminines sur ce premier album. Ce ne sera peut-être pas toujours le cas.

Q : les influences ?

The Pamelas : Pour n'en citer que quelques-unes disons en vrac Beefheart, High tide, Syd Barrett, King Crimson, Gong, la plupart des groupes Krautrock du milieu des seventies et bien d'autres, à des niveaux plus ou moins important. Même si la filiation avec les noms cités n'est pas flagrante, la richesse de cette époque 60's/70's, pour peu qu'on se soit donné la peine de creuser un peu et de découvrir, ne laisse pas les neurones indifférents et c'est toujours une bonne chose d'arriver à en ressortir quelque chose aujourd'hui. Cette lignée est clairement revendiquée et maintenant il appartient à ceux qui écoutent de juger par eux-même si l'alchimie proposée ici est réussie.
Le but étant aussi de faire quelque chose de personnel et de nouveau. Mais en produisant une musique sans arrière pensées, on peut souvent espérer avoir une identité propre.

Q : quand a débuté le projet d'album et comment les choses se sont mises en place ?


http://3.bp.blogspot.com/-6-jbMay7HAk/T5K68-Bb18I/AAAAAAAABTs/SMOQb-YhZ38/s1600/pamelascover2.jpgThe Pamelas :  Comme évoqué précédemment, le nom "The Pamelas" a été le premier déclencheur à l'été 2010. Peu de temps après, c'est le titre d'un futur album, sous forme de slogan publicitaire, qui est venu.  "Have 'em ready on the shelf", comme si chaque morceau serait en fait une boite de conserve sur une étagère, prête à être décapsulée. D'ailleurs chaque titre de l'album a ensuite porté le nom de quelque chose qui pourrait éventuellement être un objet se trouvant sur une étagère. (yellow pill, human dolls, bleeding car, burning eyes...etc pour peu que l'on imagine les objets en modèles réduits, dans certain cas). Peu de personnes vont remarquer ce détail mais c'est pourtant le concept de départ, avant même la toute première note de musique.
Les sessions d'enregistrement et de composition des morceaux (de façon simultanée) ont débuté en avril 2011 pour se clore à la fin de l'été de la même année. Tout est venu assez naturellement car les morceaux semblaient s'emboiter comme les pièces d'un puzzle, comme s'il s'agissait de remplir les cases blanches d'un scénario prévu longtemps à l'avance. L'ensemble dessine cependant un concept qui serait difficile à définir clairement. Ce qui dans le fond n'est pas plus mal.

Q : Jules Zappa, un rapport avec Frank?

The Pamelas : Jules Zappa est la nièce de Frank Zappa, fille de Patrice Candy Zappa (qui est elle-même chanteuse et remarquable interprète des chansons de son frère Frank). Elle est l'une des voix réelles de l'album et, hormis toute l'admiration que l'on peut avoir pour son oncle et l'héritage musical immense qu'il a laissé, Jules est, par sa personnalité atypique et iconoclaste, qui n'est pas sans rappeler celle de son illustre oncle Frank, une personnalité clé de cet album. Mais Jules Zappa est avant tout Jules.

 Q : Pour le titre "Bleeding car dead guitar on the ground" on peut voir un clip sur youtube. Qui a réalisé le clip.

The Pamelas : Le clip a été réalisé par Jam Hamidi. C'est également lui qui a écrit deux textes de l'album dont celui qui est illustré par la vidéo sur youtube. Jam est un poète qui vit en Californie. D'autres de ses textes seront également présents dans les futur productions. On peut dire qu'il est l'un des paroliers.

Q : La musique me semble très adaptée à l'image. Pourrait-elle un jour servir de musique pour un film?

The Pamelas : Bien-sûr si un réalisateur souhaitait utiliser la musique de cet album il n'y aurait aucun blocage. Parfois l'image peut donner un sens inattendu à la musique et ce serait intéressant de voir l'interaction entre les deux. Surtout en tant que cinéphile. Bon sauf si le film est très mauvais ! Encore qu'il y a des films très mauvais qui peuvent s'avérer amusant avec les années. Les images aussi peuvent prendre un sens différent suivant la musique que l'on colle dessus.
Ce serait également une expérience captivante de composer spécifiquement pour le cinéma sur un projet. Mais pour l'instant rien en vue dans ce domaine.

Q : Quels sont les projet futurs ? un autre album en préparation ?

The Pamelas : Le prochain album est déjà en route et comme pour le précédent, le titre est la première chose qui est venu et qui servira de base pour ouvrir une fois encore les portes de l'imaginaire, indispensable à la composition. Il est dors-et-déjà possible d'annoncer que le prochain album s'intitulera "Granite Girls in Wonderland". Il ne devrait pas y avoir de changement fondamental de coloration. L'évolution dans la continuité est privilégiée. C'est beaucoup plus important de surprendre par les notes que par un changement dans la couleur ou la sonorité. Les instruments d'un orchestre classique sont toujours les mêmes et pourtant ce qui peut en sortir est infini. Aujourd'hui il semble que le blues, le rock et la musique psychédélique soient aussi des musiques "classiques" avec leur codes et leurs instruments.


Entretien mené par Othall


L'album est distribué par RKO records :http://rkomusicdistribution.com/
Le clip peut être vu ici:http://www.youtube.com/watch?v=UKESKEL0-PI

 

commentaires

Haut de page