Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BLUES : Cee Cee James - Un dernier blues pour la route.

par lou 9 Mars 2011, 09:35

BLUEShttp://1.bp.blogspot.com/-aJ_1KsRT8Qw/TXc9tZQ2seI/AAAAAAAABKo/Hze9QCwj19k/s400/114-%2BCee%2BCee%2BJames.jpg

 

Cee Cee James

 

Un dernier Blues pour la route ...

Juste un boui-boui au bord de l'autoroute. Avec des camions sur le parking, et un petit vent froid qui cingle sans pitié. On entend de la musique au loin, une sacrée voix qui pousse son blues sans pitié. Une fois à l'intérieur, la température s'élève de plusieurs degrés, dans l'odeur de bière et de saucisses grillées, avec Cee Cee James qui incendie la scène, dans le fond. Son message est simple, Low Down Where The Snakes Crawl/Attention serpents. Des villes, de la jungle, de n'importe où mais gaffe à tout ce qui peut te mordre. Le rade est ouvert en continu, on y voit douloureusement passer le temps et les modes, et parfois quelqu'un retrouve la recette magique des douze mesures. Tant que des gens comme Cee Cee (qui est en plus très sympa) se chargeront de nous y maintenir en vie, tout ira bien. Surtout avec une voix pareille. C'est l'heure de reprendre le volant, encore cinq cent bornes à tailler, un peu moins seul sous le ciel bas. Immense merci à James.

 

Laurent : On va commencer par vous présenter au public français. Premières influences ? Qu'est ce ce que c'est que cette histoire d'avoir été obligé de porter une perruque blonde et du maquillage vert pour chanter.

 

Cee Cee James : La veille soul music des années 70. Bill Wither, les Temptations, Gap Band, Marvin Gaye, Curtis Mayfield. Et du gospel à l'Eglise. La perruque et le maquillage étaient un passage de l'adolescence. Comme tous les jeunes qui portent les trucs à la mode, j'essayais de me faire une place au soleil. Et c'était une partie de mon image scénique.

L : Premier et dernier disque achetés ?

 

CCJ : Le premier était un single des Beatles, Come Together. Et le dernier un Buddy Guy, Living Proof.

L : Vous êtes une grosse consommatrice de musique ?
CCJ : J'en achète peu. Si quelque chose parle à mon âme, je le cherche, et en général j'investis.

 

L : Vous avez une longue et dure carrière derrière vous. Pensez vous que les choses auraient été différentes si vous aviez chanté du folk avec une douze cordes ?

CCJ : Certainement, puisque on aurait été dans un autre registre. Mais je pense que chacun doit suivre son chemin, pour apprendre les leçons de son cœur. Donc, d'une façon ou d'une autre, ma vie n'aurait pas été plus simple. J'avais besoin d'aller ma route, pour devenir ce que je suis.


L : Est ce que l'industrie de la musique évoluera un jour, dans sa façon de vendre un artiste ?

CCJ : Je ne pense pas. C'est dur d'investir dans un artiste, réellement du tir dans le noir. Si vous vendez quelque chose, et attirez du monde en concert, le business s'intéresse à vous. Parce que vous avez quelque chose qui intéresse les gens, et qu'ils peuvent investir en vous.

L: Dur de ne pas évoquer Janis Joplin. Vous avez une voix phénoménale, vous l'avez travaillé dans un sens ou dans un autre ? Que pensez vous de Janis ?

CCJ : J'ai commencé à chanter avec les disques d'Aretha Franklin, de Chaka Khan et Rufus, c'est ce qui m'a servi d'entrainement. J'ai aussi pris quelques cours de chant. Avec le temps, j'ai développé ma propre forme d'expression, en donnant mille concerts avec un groupe. Jamais essayé de copier quiconque. Juste essayé de sentir et de chanter ce qui est dans mon cœur. Et de faire vivre l'histoire de la chanson pour le public. J'étais trop jeune à la grande époque de Janis, je l'ai vraiment découverte vers mes trente ans. Un copain de groupe m'a donné un disque, et m'a dit d'apprendre Summertime. Je l'ai fait, mais ça m'a pris une éternité. Janis était absolument unique, incomparable. Sauvage dans son chant, et je pense que c'est ce qui plait chez elle. Cette façon de tout donner, sans se déguiser.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/65416500CeeCeeJamesLowDownWhereTheSnakesCrawlav.jpgL : L'album Low Down.....est plutôt cool mais les paroles sont assez tristes. Est ce que le blues ne peut pas être joyeux ? Qu'est ce que LE blues de Cee Cee ?
CCJ : Oui le blues peut être gai. Mon CD live (Seriously Raw) sorti en Mai, est sauvage et drôle. Le prochain, qui sera enregistré à la fin du printemps présentera toute une gamme d'émotions. Pas seulement de la tristesse.

Véritablement, dans chaque genre musicale, mais SPECIALEMENT en blues, la musique reflète des sentiments. Ceux de la vie, avec ses hauts et ses bas, brut de décoffrage. Les paroles viennent ensuite, vous devez le ressentir avec votre cœur, et l'exprimer comme ça.

Lou : Vous pouvez nous parler de votre groupe

CCJ : Mon mari (Rob «Slideboy» Andrews) joue de la guitare, en rythmique et en slide. C'est un bon instrumentiste, qui bosse très dur. Il vient de la région de San Francisco. Le batteur se nomme Jim Klingler, excellent métronome, avec John Senchuk, le bassiste, plus jeune du groupe, qui vient de Chicago et est est très influencé par le vieux blues de cette ville. Également de Chicago, Art Neubaer, très pris avec Keith Richards, le soliste, grand musicien.

L : On sent vraiment quelque chose derrière la grosse technique.

CCJ : Je suis vraiment épaté d'avoir de si bons accompagnateurs. Ils me simplifient vraiment la vie. Quand la section rythmique pompe derrière moi, je chante vraiment bien.

L : Parlez nous de la vie d'un groupe de blues, aujourd'hui.
CCJ : C'est juste vivre, en fait. Mais au milieu, il y a beaucoup de répétitions, d'écriture et d'enregistrements. Essayer de dormir assez, donner des concerts, être sympa avec les gens qui sont venus supporter notre travail. J'aime les fans plus que tout, ils sont super.

L : Grâce à notre ami James, vous êtes sur le point de jouer en France. Ce sont vos débuts ici ? Que savez vous de notre culture ?

CCJ : C'est la première fois que nous jouons ici. Je ne connais rien à votre culture, donc je suis heureuse et angoissée d'apprendre, autant que de respecter vos traditions. C'est un honneur d'avoir été demandée pour jouer en Europe. Et je suis spécialement heureuse de démarrer avec l'association Chorus. James a été si sympa de nous inviter.
http://3.bp.blogspot.com/-AmY-Ufo1w2E/TXc9pihbjFI/AAAAAAAABKg/e37SqBr7skg/s1600/001-%2BCee%2BCee%2BJames.jpg
L : Prochaine étape dans votre carrière ?

CCJ : Après notre tournée européenne, on retourne en studio pour notre prochain album. Il va être bon, je suis impatiente. Il y a aura trois nouveaux morceaux enregistrés sur scène, en cadeau pour les fans Européens. Merci d'avoir pris le temps de me poser des questions, j'espère que vous serez nombreux à venir nous voir et à apprécier.

 

Entretien mené par Laurent et Lou, avec l'aide de James

Photos issus de Chorus Blues (James)

LIEN !

http://www.myspace.com/ceeceejames

commentaires

Haut de page