Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Collectionnite : les pochettes Pop des 45T Français!

par lou 4 Février 2010, 10:00

http://www.encyclopedisque.fr/static/pochettespop.jpg

Un livre de rêves. Je veux dire par là que vous trouverez, si vous êtes fan de rock fin 60's début 70's, tous les 45 tours sortis en France. Tous ou presque, car l'auteur a choisi d'écarter la musique noire à part quelques exceptions en marge comme Funkadelic et les Chambers Brothers etc.

L'ouvrage fait quand même 360 pages avec 3000 reproductions en couleur. Vous trouverez évidemment toutes les pochettes que vous connaissez de Led Zeppelin, Beatles (avec les rares juke-box), Who et Rolling Stones, mais aussi de beaucoup plus obscures comme Bram Rigg Set, Silver Apples ou Skip Bifferty. Lorsque le disque présente un inédit, l'auteur a ajouté un icône pour présenter son appréciation et vous trouverez à la fin une côte de rareté de tous ces disques.

Le rock français n'est pas oublié, car 60 pages sont consacrées aux groupes hexagonaux trop souvent ignorés ou aux groupes étrangers ayant fait carrière en France. Ainsi, nous trouvons pas moins de 5 45 tours des excellents Marocains Golden Hands ainsi que le rarissime disque des Rhythm Checkers.
Les textes sont remplis d'humour et d'amour pour cette musique. La présentation est luxueuse avec une grosse couverture cartonnée. Il ne vous reste plus qu'à vous précipiter pour regarder ce que vous avez déjà et surtout ce qu'il vous reste à rechercher. 

Superbe.

À quand un tel ouvrage sur les albums ?

Rencontre avec Stéphane Cahon, l’auteur de cette magnifique bible.

     


      Fuzzine : Salut Stéphane. Notre première question, en feuilletant ce bel ouvrage, c’est déjà de savoir ce qu’a ressenti son auteur une fois sa sortie ?    

           

     Stéphane : Une joie intense (un peu comme la naissance du fiston, si on peut comparer) et un soulagement d'être arrivé au bout.

      F : Explique-nous un peu le but de cet ouvrage.                                                   

      S : Le but premier était de présenter des belles pochettes de disque (jugement plus que subjectif si on n'est pas branché sixties/début seventies et pop bien sûr).  C'est très rapidement devenu une sorte de recensement de ce qui est censé être sorti durant cette période.

     

       F : Comment t’es venu cette idée, un peu folle, reconnaissons-le ?                           

       S : Après coup, effectivement, je pense qu'il faut être dingue pour se lancer dans un tel projet. Heureusement qu'à l'origine je ne me suis pas rendu compte de l'ampleur de la tâche. L'idée, comme je le dis dans mon intro, c'est d'avoir quelque 45 amusants et de soupçonner que d'autres existent et ne demandaient qu'à être découverts. Je me suis fait prendre au jeu.http://pmoru.free.fr/pochettespop/images/ex2.jpg

     

       F : A partir de quoi es-tu parti ?              

       S : L'envie de faire un livre (ou plutôt un recueil de pochettes) dans un secteur qui était quasiment ignoré.

      F : On imagine bien le chantier dantesque dans lequel tu t’es investi. Comment as-tu procédé ?                                                

       S : Logiquement par mes propres disques, puis avec ceux de mes potes les plus proches et à la fin en contactant les collectionneurs dont j'avais entendu parler. Le tout en établissant au fur et à mesure une base de données de visuels et de références.

     

      F : Dans ton excellente préface, on se rend compte que ce projet t’a fait rencontrer de nombreuses personnes. La plus insolite ?   

      S : La plus insolite c'est sûrement Alain, collectionneur retranché au fin fond de sa campagne avec ses disques et ses livres, sorte d'icône West-Coastien (chevelure hirsute longue et blanche) portant un tee-shirt "psych/swirl" : un personnage un peu hors du temps, mais qui possédait néanmoins le fameux Dylan, les Gypsys et autres petites merveilles. Sinon le plus mémorable, c'est la première visite chez Jean Philippe... Le choc !!!

      F : Le net t’a-t-il été d’un grand secours ?     

      S : Oui, mais pas pour trouver les pochettes. Il m'a énormément servi pour toutes les recherches d'infos, de confirmations et de recoupement pour les discographies.

      F : As-tu eu des moments de découragement ?                                      

      S : Pas vraiment... un léger ralentissement ces dernières années, après avoir rencontré ma femme (je plaisante). Non, c'est surtout la vie de famille qui demande beaucoup de temps, mais ma femme m'a encouragé à aller jusqu'au bout.

      F : Tu as établi un système de cotation purement symbolique et indicatif, tout en expliquant le pourquoi du comment dans ta préface. Que penses-tu de la flambée de certains vinyles, et plus globalement de cette folie ebayenne ?                              

       S : Personnellement, je regrette un peu l'époque où les informations sur la rareté et la valeur des disques se gagnaient la sueur au front. Je veux dire par là, qu'il ne suffisait pas de faire une recherche sur internet pour savoir si tel ou tel disque vaut quelque chose. Il m'arrive de me servir de l'outil, mais le plaisir n'est pas le même. Quant à la flambée des prix, ma foi, c'est regrettable pour tous les disques qui me manquent... et très bien pour ceux que je possède.

      F : Parlons un peu musique. À la rédaction, qui est férue de galettes noires, on se demande forcément comment tu es tombé dedans ?                                                    

       S : Les Beatles (pas très original) et tardivement, vers 13 ans. Mais ça a été révélateur : il existait une musique agréable à mes oreilles. La suite va de soi.

      F : Es-tu chineur (broc, vide-greniers, foire aux disques) ou plutôt nouvelle génération (achat-virtuel) ?  S : Chineur (comme évoqué plus haut). J'ai connu la fin de la belle époque.                                                                                                                                                           

    F : Pour les besoins de ton ouvrage, quel 45 Tours t’a donné le plus de fil à retordre ?                                                     

      S : Si on occulte le fameux Barrett, je dirais le "river deep..." de Deep Purple. J'ai cru ne jamais pouvoir mettre le scan dessus.http://pmoru.free.fr/pochettespop/images/ex4.jpg

    F : On imagine bien que ce projet t’a fait découvrir un tas d’artistes. Le plus impressionnant ?                                      

      S : Un grand nombre en fait. Ça m'a surtout fait écouter des artistes ou groupes vers lesquels je ne serai sûrement pas allé. Ce genre de travail m'a permis d'élargir mon champ d'écoute. Et pour l'exemple, peu être le simple de Ronnie Bird "sad soul" qui a été une vraie surprise (je pourrai dire aussi "les Sparrow").

      F : Parle-nous un peu de ce 45t de Syd Barrett ?                                                    

      S : Le grand mystère. Si peu d'exemplaires et si mythique. Il y a forcément une explication pour une telle rareté. Je ne désespère pas de le dénicher un jour. Ne serait-ce même que la pochette ?

   F : Si tu devais choisir la plus belle pochette pop de ton ouvrage, ce serait laquelle ?                                                 

     S : Le Bowie "Space oddity". Quelle merveille... et celui-ci je l'ai ramassé deux fois. Non, sérieusement je pourrai en citer beaucoup d'autres comme le premier "Koobas", le second "Kaleidoscope", etc.

      F : Ton graal ?                                         

      S : Le "Bachdenkel".

     F : A la lecture de tes commentaires sur les quelques groupes présentés, j’ai indéniablement l’impression que tu es plus rock anglais qu’US ? Tu confirmes ?       

      S : Affirmatif ! Quand on a débuté avec les Beatles, c'est difficile de faire autrement. J'aime en fait l'esprit anglais et pas seulement dans la musique. J'apprécie les films anglais de cette période... l'humour aussi. Pour faire un raccourci, j'adore "Sacré Graal" des Monty Python. Il n'y a que leur nourriture qui me fait rester en France (sic).

      F : Quoi sur ta platine en ce moment ?

      S : Family... Thin lizzy... Procol Harum... Helias Hulk (c'est pas moi, c'est mon fils).

      F : Allez dernière question… Comptes tu mettre à jour cette somptueuse encyclopédie, et si oui, comment peut-on aider ?                                                       

     S : Peut-être... tout dépendra si les ventes se passent bien et si je récupère suffisamment de nouveautés (sérieuses) à ajouter. Time will tell.

Merci pour tout, et encore félicitation pour le taf’ accomplis.

Vous pouvez commander l'ouvrage directement
à l'auteur, en écrivant à:
stephane.cahon@sfr.fr

 

Entretien mené par Othall & Lou, Intro signé Othall.

commentaires

greg 10/02/2010 11:30


et combien ça coute sinon ??
c'est important en ces temps de crise...


Haut de page